Encore une fois, l’histoire nous a donné raison. Séraphin Davain Akouré est un sketcheur invétéré, un Okokut dans sa forme paroxysmique et c’est un euphémisme.

En l’espace d’un mois seulement (25 janvier – 23 février) Séraphin Davain Akouré a altéré ses aspirations et trahi ses convictions. Le discours devant l’Assemblée Nationale en fin janvier 2023 pourrait être un scénario leurrant écrit par son ancienne maison de production, le Parti Démagogique Gabonais (PDG), pour être interprété par le grand acteur qu’il incarne. Le film a bien marché. La preuve est dans la suite des évènements.

Lire aussi:  5 bonnes raisons qui prouvent que le Père Noël est une pure escroquerie

Vous l’avez encensé en l’élevant au rang de héros national. Il était sur tous les posts, statuts et stories. Il était le principal sujet de conversation dans les médias et les débits de boissons. Il était devenu le nouveau Moïse du Gabon. Cependant, son attitude pendant la concertation politique des Okokuts, il nous a révélé sa personnalité caméléonesque.

Lire aussi:  «Gabon: L’impossible décolonisation dans la Françafrique», un livre de Marie-Thérèse Landon qui met Ali Bongo à l'envers

Séraphin Davain Akouré est un député. Cela dit, il a reçu un mandat de représentation du peuple à l’Assemblée Nationale. Ses choix et ses décisions sur ce plan doivent concourir au bonheur des populations dont il est le porte-voix. Au regard de ce qui précède, nous ne pouvons tolérer d’être les dindons de cette farce politique qui n’a que trop duré.

Lire aussi:  États-Unis : Donald Trump menace de mettre fin à ses jours si ...