Annoncé depuis début novembre 2022, c’est finalement ce 14 février 2023 que le clip Bolingo de l’artiste gabonais Eboloko de l’écurie de Sean Bridon Music (SBM) en featuring avec le roi de la rumba congolaise Koffi Olomide a été publié sur Youtube. Une œuvre musicale qui a fait l’objet d’une analyse par nos services dont nous vous présentons les observations majeures.

Sean Bridon débarque dans le projet tout plein de prétentions

C’est ce 14 février 2023 que le vidéoclip de Bolingo a été mis en ligne après plus de six (6) semaines d’attente. Une programmation calendaire choisie pour coïncider avec la fête de la Saint-Valentin, la fête de l’amour puisque c’est de cela que parle la chanson.

D’abord prévue comme une collaboration entre les artistes Eboloko et Koffi Olomide, les mélomanes et les petits curieux ont été surpris de voir la participation de Sean Bridon lui-même au projet. La vidéo de 3 minutes 29 secondes est désormais intitulée « Eboloko feat Koffi Olomide & Sean Bridon – Bolingo (clip officiel) ».

Il a posé sur un couplet de 25 secondes (de 1’15 à 1’40 sur la vidéo disponible sur Youtube) et a réussi à aligner les lyrics suivants : « J’ai assez de china pour acheter le Gabon. Milliardaire, j’ai les poches pleines […] ». Une soif d’affirmation de soi qu’il a tenu à manifester en s’invitant à un projet auquel il n’était pas attendu. Après tout, ce n’est pas n’importe qui qui « feate » avec le Grand Mopao Mokonzi.

Lire aussi:  [Histoire] «Je ne connais aucun artiste gabonais», quant Dadju narguait le Gabon

Koffi Olomide pas très emballé par la collaboration

Depuis l’annonce de sa collaboration avec Eboloko, Koffi Olomide n’a réellement pas communiqué sur cette actualité. En effet, il est resté silencieux dans les médias et sur les plateformes sociales préférant plutôt publier les contenus sur ses tournés en Europe et en Amérique ainsi que les sorties de ses nouveaux singles.

Une communication unilatérale qui a éveillé des suspicions de canular du producteur gabonais. D’ailleurs, nos confrères de Gabon Media Time (GMT) ont publié un article le 08 novembre 2022 titré « La collaboration Eboloko et Koffi Olomide un énième fake? » pour souligner ce fait. Amplifié par la lenteur de la sortie du clip, certains internautes se sont résolus à penser qu’il s’agirait bel et bien d’une fake news pour crédibiliser la maison de production SBM nouvellement créée.

Par la force des choses, le vidéoclip a été mis en ligne ce mardi 14 février au soir sur la chaîne Youtube d’Éboloko, le propriétaire de la chanson. Lui, ses compères et son producteur ont partagé le lien sur les réseaux sociaux pour en faire la promotion, Koffi Olomide, quant à lui n’a toujours pas communiqué sur cette cette sortie à l’heure où nous écrivons cet article. Est-ce un non événement pour lui ?

Lire aussi:  «Gbêssê», le hit du rappeur ivoirien Ovié Kan supprimé de YouTube

Par ailleurs, dans la chanson, il pose en dernier sur deux (2) courts couplets de moins d’une minute au total – insuffisant pour un « feater » principal – avec une voix enrouée dont il a le secret et qui ne facilite pas la perception des paroles (lyrics). De plus, il n’a pas pris par au tournage du clip parce peut-être très occupé ou pas du tout interressé. Le réalisateur a du faire un montage avec ce qu’il y avait de disponible. Certains internautes ce sont même permis d’affirmer qu’il aurait été forcé et aurait reçu même de l’argent pour prêter sa voix et son image à ce projet d’envergure pour la nouvelle maison de production SBM.

Refrain dominant, excellent beat, bon flow et vidéo moyenne

Comme plusieurs chansons avant elle qui ont été analysées par notre équipe, Bolingo est constituée à plus de 65% de refrain et de pré-refrain. Ce qui laisse seulement 35% de couplets pour les trois (3) « featers ».

Parcontre, le beat, lui, est à la hauteur de cette œuvre musicale et le flow de l’artiste principal est plus ou moins bon. Il l’a déjà prouvé sur d’autres titres bien avant celui-ci. En ce qui concerne la vidéo, il y a beaucoup à redire sur le choix des lieux, le scénario du clip, les figurants et l’absence de chorégraphie, même s’il s’agit d’une chanson censée régaler nos tympans plutôt que faire danser.

Lire aussi:  « En RDC, les gens veulent que je sois candidat », avoue Maître Gims

La note de la Rédaction

Se basant sur les observations techniques contenues dans la partie précédente, la Rédaction de Funny Gabon donne une note générale de 8,5/20 au vidéoclip Bolingo d’Eboloko en featuring avec Koffi Olomide et Sean Bridon.

Il est sied ici de rappeller aux artistes auteurs-compositeurs (qui écrivent les textes) aussi bien qu’aux artistes interprètes (qui les chantent) qu’une chanson ce n’est pas seulement l’instrumental (le beat) et les refrains à foison. Il faut enrichir les textes avec des couplets garnis et cohérents. Normalement, les lyrics d’une chanson d’amour couchés sur un papier devrait plus ressembler à un poème qu’un texte logorrhéique. Nos oreilles ne sont pas vos poubelles.