La Direction Générale des Recherches (DGR) a démantelé récemment un réseau de prostitution appelé communément « placement » dans la ville d’Oyem, la capitale provinciale du Woleu-Ntem, dans la région septentrionale du Gabon. Un phénomène qui gangrène la société gabonaise toute entière.

C’est après plusieurs investigations que les éléments de la DGR ont enfin mis la main sur de nombreuses femmes supposées être l’épicentre du proxénétisme dans cette partie du pays. « Hier, une frangine a reçu un appel d’un M. disant que c’était un client, une fois sur les lieux, c’était la DGR qui l’attendait. On ne sait pas comment ils font pour avoir les numéros des filles, il parait qu’ils sont dans les groupes WhatsApp de placements », indique une source de notre confrère.

Lire aussi:  Il découvre un réseau de placements de luxe auquel appartient son épouse et l'expose publiquement

Alors que le phénomène de placements sexuels des femmes ne cesse de faire parler, il est important de savoir que selon les dispositions de l’article 260 du Code pénal, les personnes mis en cause, encourent jusqu’à 15 ans d’emprisonnement assortis d’une amende de 100 millions de francs CFA chacun.

Avec l’effet de mode, le suivisme et l’appât du gain facile, plusieurs jeunes filles aux moyens financiers modestes choisissent de se vendre aux plus offrants pour pouvoir s’offrir le dernier iphone, les vêtements tendance et faire baver les autres sur réseaux sociaux. Une attitude pernicieuse qui, somme toute, constitue le point de déclin de nos valeurs assimilant le corps d’une femme à un produit marchandable.

Lire aussi:  Creol, Une Louve dans la Bergerie ? — Roman Satirique (2021)

Ossoane !!!