Ce vendredi, le Ghana et l’Uruguay ont rendez-vous pour un dernier match décisif dans le groupe H pour se qualifier en 8e de finale à 16 heures. Une opposition qui rappelle celle, mythique, en quart de finale du Mondial 2010 en Afrique du Sud, avec la main de Luis Suarez à la dernière minute et la qualification, in fine, de la Celeste en demie. Un épisode qui continue de faire parler, douze ans après.

Main de Dieu ou main du Diable : le geste si polémique de Luis Suarez face au Ghana lors de la Coupe du monde 2010 continue d’alimenter les débats dans la sphère footballistique. Aujourd’hui le Ghana tient peut-être sa chance de se venger de l’auteur de ce geste « antisportif » qui conduit à leur élimination de la Coupe du Monde 2010.

Lire aussi:  Un médecin de la CAF meurt au stade lors du match Nigéria-Ghana: les faits

En philosophie, comme en football, le destin et le hasard sont deux notions qui s’entrelacent. L’histoire a beau être écrite, il se peut qu’elle se détourne de son cours originel par l’intervention des dieux du hasard. Parfois, ils aiment être taquins comme ce vendredi 1er avril 2022 où le hasard, justement, a voulu faire croire au destin : l’Uruguay et le Ghana dans la même poule, la H, avec un dernier match aux airs de 16e de finale. Le deuxième match de l’histoire entre les deux nations après un premier inscrit à jamais au panthéon mondial du football.

Lire aussi:  Snobé par Gabon TV, Freddhy Koula annoncé chez New World TV
Qatar 2022: l’affiche du 02/12/2022 à 16H

Ce 2 juillet 2010 est peut-être l’un des meilleurs condensés modernes de l’aspect tragique, cruel et irréversible du football. Au Soccer City Stadium de Johannesburg, Luis Suarez réalisa l’un des gestes les plus fous, dans un moment suspendu, de l’histoire de la Coupe du Monde : une tricherie délibérée, avec une parade sur sa ligne alors que le Ghana allait marquer. La suite de l’histoire est connue. Mais pas encore digérée.

Lire aussi:  Les mensonges de Gabon Télévisions à propos du Mondial 2022

À deux jours des retrouvailles aux relents vindicatives entre le Ghana et l’Uruguay au Al Janoub Stadium, à Al Wakrah (Qatar), Luis Suarez a affirmé en conférence de presse qu’il n’a pas à s’excuser devant le peuple ghanéen pour ce geste reçu héroïquement par sa sélection. Pour l’Uruguayen, ce n’est pas sa faute si Asamoah Gyan a raté le penalty accordé à la suite de son geste. Le destin offre aujourd’hui une chance aux Black Stars de prendre leur revanche.