Chamberland Moukouama, homme de médias à la parole libérée dont l’image est étroitement associée aux émissions « Pluriel » et « Surface », est sorti ce jeudi pour apporter une réponse dite « cash » aux interrogations d’Éric Otsétsé et de son invité.

Eric Otsétsé, activiste et membre de la société civile a, dans une vidéo en compagnie d’un autre homme, demandé à comprendre l’attitude de Chamberland Moukouama, l’acolyte de Gabin Atiga qui s’est soustrait de la scène médiatique nationale alors que ses émissions Pluriel et Surface étaient plébiscités par les populations, eu égard aux thématiques abordées. « Vérité des vérités Aya … Parlons un peu du grand Chamberland Moukouama … », ont introduit en chœur Éric et son invité dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux.

Lire aussi:  Hapsatou Sy démissionne de Canal+ devenu «une caisse de résonance des thèses extrêmes»

D’un ton posé, mais surtout empreint à beaucoup de sarcasme, Chamberland a répondu « cash » à ses interlocuteurs: « Parler des problèmes des Gabonais, ça ne rapporte pas de l’argent. Parler des Gabonais qui sont licenciés, de la veuve et des orphelins qui sont spoliés, des cas d’injustice criarde au Gabon, pfff … ça ne rapporte pas d’argent », a-t-il ironisé avant de renchérir: « Je suis un corrompu, voilà pourquoi je me suis laissé corrompre […] pourquoi devrait être le seul à parler des problèmes du Gabon comme si j’étais le seul à aimer ce pays. »

Pour conclure son propos, il a terminé sur une satire mordante de la société gabonaise dans laquelle la simple réflexion est désormais considérée comme un crime de lèse-majesté. « Réfléchir au Gabon, ça fait idiot. Être idiot, ça fait intelligent. Donc, je fais l’idiot pour être intelligent parce que quand je réfléchissais, en fait, j’étais devenu idiot », a-t-il déclaré en réponse aux interrogations d’Eric Otsétsé, lesquelles sont également partagées par la majorité de Gabonais.

Lire aussi:  Aba'a Minko, le 1er faux terroriste gabonais est enfin libre

Chamberland Moukouama, la parole libérée.