Effective au Gabon depuis 2018, la Redevance Audiovisuelle et Cinématographique (RAC) a pour objet le financement des antennes publiques de radiodiffusion et de télévision. Elle est payée par les utilisateurs lors d’un (ré)abonnement. Cependant, la quasi-totalité des Gabonais ne regardent pas les chaînes locales, selon une récente étude d’Africascope.

Au Gabon, la Redevance Audiovisuelle et Cinématographique (RAC) est fixée à 500 FCFA depuis janvier 2018. La RAC est une taxe qui vise à financer la production audiovisuelle dans les structures publiques comme le Groupe Gabon Télévisions et l’Institut Gabonais de l’Image et du Son (IGIS). Ce sont, en réalité, les populations qui contribuent à financer le fonctionnement des médias publics qui semblent pourtant être dévoués au service d’un seul individu.

Lire aussi:  Une panne de satellite cause la coupure d'images des bouquets Canal+

À Libreville, les réactions sont partagées entre ire et incompréhension depuis la publication du rapport Africascope 2021-2022 par le groupe britannique Kantar. Celui-ci révèle que 95% des Gabonais ne regardent pas les chaînes locales. En effet, les Gabonais préfèrent largement les chaînes étrangères au détriment des chaînes locales. Un choix qui se justifie par la qualité exécrable des programmes et une ligne éditoriale très politisée mises en avant par les maisons de radiodiffusion et de télévision nationales.

Lire aussi:  Shan'L collée-serrée avec Singuila ce soir sur Canal+

Il faut préciser que les informations contenues dans le rapport Africascope ont une importance capitale pour les annonceurs, car, elles orientent leur choix de médias selon les pays en matière d’audience, ainsi que les choix des pays dans lesquels ils peuvent passer leur publicité et s’attendre à un retour sur investissement (ROI) positif.

Lire aussi:  Mba Ntem désapprouve les affabulations de Canal+ dans "Affaires Mystiques"

Pourquoi faire payer donc payer la Redevance Audiovisuelle et Cinématographique si finalement personne ne regarde les chaînes locales ? Devant l’improbabilité de voir les médias nationaux, le groupe Gabon Télévisions en premier, proposer une meilleure grille de programmes attrayants et de dépolitiser sa ligne éditoriale, il faudra simplement songer à la fermeture de ces caisses à résonance et outils de propagande politique.