C’est désormais officiel. Emmanuel Ndzoma, prophète autoproclamé et leader de l’Église Synagogue du Gabon (ESG) a été placé définitivement en détention préventive à la prison centrale de Libreville dite « Sans Famille » ce mardi en attendant son procès.

La joie des fidèles et sympathisants d’Emmanuel Ndzoma n’a été que de courte durée. Alors que Maître Jean-Paul Moumbembé se réjouissait vendredi dernier d’une première victoire pour l’ajournement de la présentation de son client devant le juge d’instruction, ce dernier a délivré contre le leader religieux ce mardi 13 septembre un mandat de dépôt définitif.

Lire aussi:  «En 2023, on sera tous pédégistes», quand Emmanuel Ndzoma transforme un culte d'enseignement en meeting politique

En effet, présenté devant le juge d’instruction ce mardi 13 septembre 2022 pour être écouté sur les faits d’escroquerie, d’association de malfaiteurs et de charlatanisme, Emmanuel Ndzoma a été écroué à « Sans Famille » en attendant d’être fixé de son sort pendant le procès qui s’ouvrira prochainement. Néanmoins, le jeudi 15, Me Moumbembé et son client seront à nouveau devant le juge d’instruction pour être écouté en profondeur sur les faits.

Lire aussi:  Affaire Ndzoma: Hulda Mbenga ne porte aucun fœtus dans son ventre selon l'enquête préliminaire

Dans la traditionnelle interview d’après audience, l’avocat de l’Église Synagogue du Gabon contre le Ministère Public se dit confiant. Même s’il reconnaît que charlatanisme est réprimé par le code pénal gabonais, Me Moumbembé soutient que son client n’est pas un charlatan. Il a par ailleurs conscientisé les fidèles venus nombreux au Palais de Justice et qui ne comprennent pas forcément le fonctionnement de l’appareil judiciaire. Il a discipliné quelques voix dissidentes avant de leur recommander de regagner paisiblement leurs domiciles et de rester dans la prière.

Lire aussi:  Ndzoma et la grossesse miracle : Uriel Abaga appelle Noël Matha à réagir