Appréhendés et placés en garde à vue depuis le 1er septembre dernier, Emmanuel Ndzoma, leader de l’Église Synagogue du Gabon (ESG), 3 proches et Hulda Mbenga, la dame qui aurait reçu la grossesse miraculeuse, ont été présentés le vendredi 9 septembre 2022 devant le juge d’instruction qui a décidé de l’acquittement, la mise en liberté provisoire et la délivrance de mandat de dépôt pour les uns et les autres, suivant les cas.

Au terme des audiences qui ont duré plusieurs heures, le Juge d’Instruction a prononcé la relaxe pure et simple de Hulda Mbenga, ce qui signifie la cessation des poursuites contre elle. Par ailleurs, deux proches, notamment Stecy Mbélé, pasteure et grande-sœur d’Emmanuel Ndzoma et Wade David, évangéliste de l’Église Synagogue du Gabon (ESG) ont été mis en liberté provisoire en attendant la date du procès.

Lire aussi:  Détenu ou condamné à tort puis libéré, quelle réparation pour le préjudice ?

Cependant, « Pasteur » Nestor a été inculpé pour « faux et usage de faux », un délit puni par l’article 125 du Code Pénal gabonais et placé en détention provisoire à la prison centrale de Libreville (Sans Famille). En effet, selon le rapport d’enquête préliminaire, Nestor, pasteur de l’ESG aurait fait établir des faux documents pour usurper la nationalité gabonaise. Un acte de faux en écriture publique passible de trois (3) ans de prison et 2 millions d’amendes.

Lire aussi:  Fatigué du chômage, un ancien étudiant de l'UOB se fait passer pour un capitaine de gendarmerie