Les Chinois sont devenus aujourd’hui un modèle à imiter en ce qui concerne l’automonisation des jeunes. C’est d’ailleurs ce qui transparaît dans cette pensée de Confucius, un philosophe chinois qui a dit : « Quand un homme a faim, mieux vaut lui appendre à pêcher que de lui donner du poisson ». Le sens de cette maxime reste indiscutablement celui de l’autonomisation qui s’oppose à l’assistance éternelle.

Il existe des variantes, par exemple, on trouve aussi en Afrique un proverbe: « Si tu donnes un poisson à un homme il mangera un jour; si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours ». En apprenant à pêcher à quelqu’un, vous vous acquittez de la charge de devoir lui rapporter du poisson après chaque partie de pêche ou de devoir vous excuser quand vous n’en avez pas pris avec le risque potentiel de passer pour le méchant. Par ailleurs, c’est une garantie que lorsque vous ne serez plus en condition de pêcher soit par la maladie, soit par l’âge avancé, vous aurez quelqu’un qui pourra vous nourrir ou nourrir vos enfants.

Lire aussi:  Société: Une étude révèle deux profils des Gabonais

Pourquoi dans notre société, en ce qui concerne l’automonisation des jeunes, cette philosophie ne passe pas ? La réponse est toute simple: la soif du pouvoir. Allons-y comprendre ! Certains parents, amis ou connaissances ressentent un réel plaisir lorsqu’ils sont sollicités pour une aide. Cela leur permet d’affirmer leur pouvoir et leur autorité au sein du groupe (famille, ethnie, clan, communauté ethnolinguistique, etc). Généralement, c’est après de longs discours de conscientisation et des remontrances accablants qu’ils parviennent enfin à vous donner ce que vous voulez.

Êtes-vous sûr qu’une personne normalement constituée peut vouloir se faire humilier par un proche s’il est déjà financièrement autonome ? Évidemment que non ! Il y a certaines personnes qui entretiennent les autres dans leur état de pauvreté pour qu’ils puissent leur manger dans le creux de la main. Ils ne veulent pas leur apprendre à pêcher de peur qu’ils se retrouvent tous un jour en train de pêcher dans la même rivière. Voilà pourquoi on a des oncles qui exploitent les nièces comme servantes et les tantes qui utilisent les neveux comme gardiens, les faisant parfois passer pour des moins que rien aux yeux de leurs propres enfants.

Lire aussi:  [Société] Pourquoi les travailleurs gabonais refusent d'aller en retraite ?

Les Hommes sont devenus tellement cupides et assoiffés de pouvoir qu’au lieu de s’entraider les membres d’une même famille se rivalisent. Diviser pour mieux régner. Médire des enfants des frères et sœurs et taire les bêtises des siens. L’argent et les biens matérielles leur confèrent un pouvoir pour les autres membres de la famille indépendamment de leur âge ou liens. Et pour rien au monde, certains d’entre eux ne voudront vous le déléguer.

Lire aussi:  Creol, Une Louve dans la Bergerie ? — Roman Satirique (2021)

Certains proches feignent de s’intéresser à votre situation en demandant votre CV pour un emploi mais se rassurent que vous ne finissez pas supérieur de son enfant, ou dans le pire des cas votre CV finit à déchiqueteuse ou dans une poubelle servant d’emballage alimentaire chez les vendeurs de la street food. Il est alors nécessaire d’apprendre à pêcher par vos propres moyens. Il est plus qu’urgent de pouvoir s’assumer pleinement en osant l’action, en prenant des initiatives. Le monde appartient aux audacieux.

Nous comprenons très clairement que les individus n’ont pas les mêmes chances dans la vie et ne vivent pas les mêmes situation. Ce message pourrait être perçu différemment par Aurélien, Marie-Louise ou Franck selon qu’ils soient du côté de la victime ou du bourreau. La vérité est que le phénomène existe et avec la quête effrénée de pouvoir, gagne davantage de terrain.