Depuis l’arrestation d’Emmanuel Ndzoma, prophète autoproclamé et leader de l’Église Synagogue du Gabon (ESG), les messages de soutien se multiplient. Parmi ses « adjuvants » les plus notables on compte notamment Geoffroy Libeka, Mike Jocktane et Hercule Nze Souala qui sont montés au créneau pour dénoncer son arrestation et condamner l’attitude de ses détracteurs.

Emmanuel Ndzoma, « cousin personnel de Dieu » et « faiseur de miracles » a été arrêté puis placé en garde à vue (GAV) dans une unité sécuritaire depuis le jeudi 1er septembre 2022 où attend d’être présenté au Procureur ce lundi, probablement. Si jusqu’à présent aucun fidèle ni confrère ne s’est encore livré aux autorités judiciaires en guise de solidarité à « Daddy », il peut toutefois compter sur le soutien virtuel de ses ouailles et d’autres Chrétiens affiliés qui constitue ce que nous avons baptisé la « Ndzomasphère ».

Depuis 48 heures environ, les réactions à propos de l’arrestation d’Emmanuel Ndzoma, l’homme de « Dieu » qui a inoculé une grossesse de 3 mois à une femme en direct, clivent sur la toile. Si la majorité est pour la répression de genre d’actes assimilables à de la prestidigitation plutôt qu’à un miracle, d’autres, en revanche, y voit une œuvre divine. Geoffroy Libeka, membre de la société civile et porte-parole du Copil Citoyen, Mike Jocktane, évêque et homme politique candidat à l’élection présidentielle 2023 et Hercule Nze Souala, entrepreneur « citron » et ancien rappeur sont de cette dernière catégorie.

Lire aussi:  L'église d'un prophète détruite pour simulation de faux miracles

Si pour Geoffroy le seul péché de Ndzoma est de réaliser ses « miracles » sous l’objectif des caméras pour faire jaser, Hercule, lui, pense que ceux qui jettent son « frère » à la « vindicte populaire » limitent le pouvoir de Dieu. Il dénonce également l’hypocrisie de l’entourage. Mike, lui aussi homme de « Dieu », appelle les Chrétiens à s’unir dans la prière pour soutenir Emmanuel Ndzoma, « le fils de la maison », dans l’épreuve.

Lire aussi:  [Urgent] La «Synagogue des Miracles» fermée par le Ministère de l'Intérieur