Cham Hebert Mayombo Bichandja, Gabonais, 30 ans, scieur de son état, s’est gravement ouvert le ventre avec sa tronçonneuse. Les faits se sont produits le 29 juillet dernier dans le département de l’Ogoulou par Mimongo dans la province de la Ngounié.

Selon les témoins, ce jour-là, un couple habitant à Mebe, – un hameau situé entre les villages Eteke et Massima –, dans le département de l’Ogoulou et dont l’identité n’a pas été révélée, aurait auparavant sollicité les services de Cham Hebert Mayombo Bichandja. Il est question pour le scieur d’abattre des arbres pour la production de planches.

Lire aussi:  Le Capitaine Apollinaire Mapangou, violait ses 3 belles-filles depuis 2014 sans être inquiété

Une fois en pleine forêt, avant l’entame de l’activité, le scieur et son aide sont avertis par un homme de ce qu’il est formellement interdit, du fait du caractère sacré des lieux, d’y exploiter le bois. Et de préciser que c’est un lieu qui, semble-t-il, serait interdit aux personnes non initiées. Mais, comme ils avaient déjà fait tomber un tronc, ils devaient donc se limiter à celui-là. Sauf qu’à peine avoir commencé à scier le bois abattu, la chaîne de la tronçonneuse s’est soudainement coincée dans la coupe.

Lire aussi:  [Urgent] Un taxi termine sa course contre un poteau électrique au PK 10

La machine s’est ensuite mise à vibrer violemment, au point que le travailleur va en perdre le contrôle. Pis, la scie va se retourner contre lui, en lui ouvrant complètement l’abdomen. Voyant que le blessé perdait beaucoup de sang, son compagnon va réussir à bander les blessures, en se servant de vêtements. De sorte à empêcher que les organes ne se retrouvent hors de la cavité.

Lire aussi:  [Fait-divers] Lembamba : Un serpent sème la panique au marché «Maboule»

Grâce à l’aide de certains habitants du village, le couple qui avait requis les prestations de Cham Hebert Mayombo Bichandja a pu le transporter à l’hôpital de Bongolo. Le blessé a aussitôt été admis au bloc opératoire. Il semble aujourd’hui que ses jours ne sont plus en danger.

© L’Union