Le vendredi 12 août dernier, lors d’un culte d’enseignement sur le thème « Prophète, que dit Dieu sur ma famille ? », Emmanuel Ndzoma a fait une sortie de route en s’aventurant dans les arcanes très complexes de la politique gabonaise. S’insurgeant contre les activistes qui discréditent son ministère prophétique et qu’il considère comme des opposants, il a appelé ses fidèles à voter pour le Parti Démocratique Gabonais (PDG) en 2023.

Le Parti Démocratique Gabonais (PDG) a-t-il déjà chargé certains hommes de Dieu afin de faire du lobbying pour la réélection de son candidat naturel aux prochaines échéances électorales ? Emmanuel Ndzoma milite-t-il désormais pour la réélection d’Ali Bongo Ondimba confondant lieu de culte et siège du parti ? C’est ce que l’on serait porté de croire après son appel aux fidèles à voter massivement le candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG) en 2023.

Lire aussi:  Poursuivi pour escroquerie, association de malfaiteurs et charlatanisme, Ndzoma devant le juge ce mardi

En effet, depuis le flot de révélations à propos de son usurpation du titre de prophète de Dieu, Emmanuel Ndzoma en veut à une catégorie d’activistes, de journalistes et d’internautes qu’il présume être payés pour salir son image. Pendant le culte du vendredi dernier, il a laissé exploser sa colère avant de conclure : « L’emmerdement des esprits là est déjà terminé ». Un discours ponctué d’arrogance et de ressentiment pour un serviteur de « Dieu » qui veut restaurer sa réputation écornée.

Lire aussi:  Bertrand Zibi cède sa cellule à Emmanuel Ndzoma à Sans Famille

Poursuivant son laïus du haut de l’autel, il s’est adressé à ses ouailles en ces termes : « […] Dieu n’a pas encore trouvé, parmi toutes ces personnes qui font le bruit, un homme qui aura le coeur de pouvoir réconcilier les Gabonais. Excuse-moi, je n’ai rien contre ton parti de l’opposition, mais je dis ce que Dieu me dit en tant que prophète de Dieu. C’est pourquoi les amis, on va se battre en 2023, ce sera le même nom qui sera là. En tout cas, nous tous en 2023, on est pédégistes ». Et les fidèles de répondre « Amen » sous les acclamations.

Lire aussi:  [Urgent] La «Synagogue des Miracles» fermée par le Ministère de l'Intérieur

S’il est raisonnable qu’un homme de Dieu ait une préférence pour un bord politique plutôt qu’un autre, il demeure inconcevable qu’il use de son pouvoir pour influencer les choix de ses fidèles. Faire du lobbying politique dans un lieu de culte (ou même en dehors) est-il une mission que Dieu a assigné à des « oints » ? Décidément, l’Église Synagogue du Gabon (ESG) et les dérives de son responsable sont loin de connaître un épilogue.

Regardez la vidéo en cliquant sur le lien suivant : https://fb.watch/e_FU600zXT/