La scène était horrible, dans la journée de jeudi dernier, à trois kilomètres du village Mevang, en direction de Ndjole. Le corps d’un homme déchiqueté traînait sur le bitume, en plein milieu de la route. La victime identifiée comme Mesmin Ekomie Essame a été fauchée par un grumier à vide roulant à vive allure.

Après l’avoir percuté, le mastodonte a traîné le piéton sur plusieurs mètres. Avant de passer sur son corps et s’arrêter à environ 30 m. La scène était insupportable pour les voyageurs et les habitants du village présents sur le lieu du drame après l’impact. Selon le témoignage d’un habitant de Mevang, l’infortuné revenait des travaux champêtres et cherchait à regagner le village.

Lire aussi:  [Urgent] Un incendie déclaré à la Présidence cette nuit

Alors qu’il marchait sur le côté, le grumier à vide qui venait derrière lui, n’a pas pu l’éviter à la hauteur du petit tournant qu’il amorçait. Aussi a-t-il pris le villageois de plein fouet. « Le camion était tellement en vitesse, au point qu’après avoir percuté la victime, il est entré dans la broussaille, avant de revenir sur la voie », relate notre source.

Lire aussi:  [Urgent] André Onana, le gardien camerounais, victime d'un accident de circulation

Après l’accident, le chauffeur, craignant sans doute les représailles de la part des villageois, est allé se réfugier chez les deux gendarmes en poste à Mevang. En leur racontant ce qu’il venait de se passer, il a été conduit par ces derniers au domicile du chef du village pour une meilleure protection. Mais, contre toute attente, en se rendant sur le lieu du drame avec les pandores et quelques villageois, l’auxiliaire de commandement va découvrir que la victime n’est autre que son gendre.

Lire aussi:  Fougamou: Un militaire fauche mortellement une fillette de 9 ans

Cette situation a beaucoup embarrassé le gendarme resté au poste de contrôle, lequel cherchait par tous les moyens à transférer le chauffeur auprès de sa hiérarchie à Ndjolé. Et ce, avant le retour des villageois et du chef de village naturellement en colère.

La saga meurtrière continue sur les routes du Gabon. Vigilance+

© L’Union