Ils sont nombreux sur les réseaux sociaux et dans les médias à raconter comment ils sont partis de rien pour devenir ceux qu’ils prétendent être aujourd’hui grâce au travail. Sauf que ces nouveaux parvenus, autoproclamés coach en ceci ou consultant en cela, ne révèlent pas en réalité leurs vraies sources de financement. On les appelle les « entrepreneurs citron ».

« J’ai commencé à vendre les pommes au carrefour, aujourd’hui je suis le fondateur d’Apple » ou encore « J’ai commencé avec 2 plumes, l’une d’un coq et l’autre d’une poule. Aujourd’hui j’ai un poulailler ». Ils sont dotés d’une imagination fertile qu’ils parviennent à faire croire que l’entrepreneuriat est un jeu d’enfant.

Lire aussi:  Accusé d'encourager la médiocrité, le MEN se ravise à propos du «9 fort»

Camille Epembia, plus connu sous son nom d’ancien rappeur Cam, s’insurge contre cette attitude grotesque. Aujourd’hui devenu entrepreneur, consultant RH et fondateur de Yorha Consulting, il appelle « certains Gabonais » à « arrêter de vendre aux autres le rêve ».

« On te donne des fonds tous les mois pour fonctionner et mener la grande vie, tu viens raconter aux gens comment partir de zéro et se battre a monter un business. Tu fais de la politique, nommé grâce au mensonge et à la tromperie, tu viens raconter aux jeunes qu’il faut changer de mentalité et bien faire les choses pour avancer dans la vie », poursuit-il dans un message publié sur son compte Facebook ce mercredi 27 juillet à l’attention de ses pairs spécialisés dans la vente des rêves en couleurs.

Il conclut son propos en invitant les auteurs de ce genre d’actes à plus de responsabilité car « Dieu regarde » et « les mensonges ne durent jamais » éternellement.

Lire aussi:  De l'autonominisation des jeunes à l'heure de fermeture de la fonction publique