Fin tragique pour Jacques Métoba. Le Gabonais est décédé samedi 23 juillet courant par pendaison. De sources concordantes, les faits ont eu lieu dans un campement d’or, non loin du village Ntsengkele, à environ 50 km de Makokou.

Tout serait parti d’une banale dispute autour d’une motopompe, selon nos informateurs. En fait, un de ses enfants aurait refusé de remettre à Métoba la pompe-moteur utilisée notamment pour des besoins agricoles. De plus, le père aurait été violenté par son rejeton, ce qui l’aurait mis en rage. Se sentant humilié, l’orpailleur se serait alors muni de son fusil de type calibre 12 dans l’intention d’abattre le fils irrespectueux. La décharge aurait, malheureusement, atteint au niveau du pubis Yvon Wazié, un des fils de sa femme, âgé d’une trentaine d’années et qui tentait de le dissuader.

Lire aussi:  Un ressortissant malien retrouvé mort dans sa boutique à «Ça M’étonne»

Le blessé aurait été pris rapidement en charge au Centre Hospitalier Régional Omar-Bongo-Ondimba de Makokou (CHROBOM), avant d’être évacué vers Libreville. Quant à Jacques Métoba, conscient de la gravité de son acte, il aurait choisi, plutôt que d’affronter la justice, de se donner la mort par pendaison.

© L’Union