Sandra Flore Mambari Pinze, épouse Abessolo, Directrice Générale de l’Agence Nationale des Bourses du Gabon (ANBG), a annoncé ce 19 juillet 2022 via un communiqué officiel, la mise à disposition de sept (7) bourses d’études offertes par l’Université Al Azhar Al Sharif (Egypte) à l’intention des bacheliers 2022 au titre de l’année académique 2022-2023 … avec des conditions qui font grincer les dents au sein de l’opinion.

Le mardi dernier, la Directrice Générale de l’Agence Nationale des Bourses du Gabon (ANBG) a porté à la connaissance des bacheliers 2022, désireux de poursuivre leurs études en Egypte, que l’Université Al Azhar Al Sharif, met à leur disposition, au titre de l’année académique 2022-2023, sept (7) bourses d’études réparties comme suit :

  • cinq (5) bourses pour l’Université Al Azhar Al Sharif, et
  • deux (2) bourses pour l’Institut Al Azhar Al Sharif .
Lire aussi:  Les étudiants du CIMFEPM en grève pour revendiquer les bourses

Les personnes intéressées doivent remplir les conditions suivantes :

  • être de nationalité gabonaise
  • appartenir à la religion musulmane
  • être âgé de 24 ans au plus
  • avoir fait une demande de bourse sur eBourse
  • avoir obtenu le baccalauréat au 1er tour avec une moyenne supérieure ou égale à 12/20
  • avoir obtenu une moyenne annuelle supérieure ou égale à 10/20 en classe de terminale

Les dossiers de candidature doivent être composés des documents énumérés ci-dessous :

  • un (1) formulaire de demande de bourse de coopération (joint au communiqué)
  • une (1) copie légalisée d’acte de naissance
  • une (1) copie certifiée conforme du relevé de notes au baccalauréat
  • une (1) copie certifiée conforme du certificat d’admission au baccalauréat
  • six (6) photos d’identité avec le nom du candidat inscrit au verso
  • un (1) certificat médical datant de moins de trois ( 03 ) mois avec des tests du VIH Sida, Hépatites B et C délivrés par des établissements sanitaires publics
  • un (1) certificat de non grossesse datant de moins d’un (1) mois pour les filles
  • une (1) copie du passeport
Lire aussi:  Paiement des bourses: L'ANBG fuit-elle ses responsabilités ?

Sur son compte Twitter officiel, Jean Gaspard Ntountoume Ayi, membre de la société civile, en appelle au bon sens de la Ministre de la Justice et du Ministre de la Santé : « Pourriez-vous expliquer à l’ANBG que le secret médical est un droit fondamental et qu’il est inadmissible de demander des Tests VIH dans un dossier de demande de bourse ? »

Il s’agit, certes, des bourses de coopération. Et même si les conditions sont imposées par le pays hôte, il s’agit tout de même d’une forme de discrimination à l’égard des bacheliers gabonais non musulmans et/ou atteints des pathologies susmentionnées et qui aimeraient poursuivre leurs études supérieures dans ce pays. « Ces offres doivent être adressées aux pays musulmans, pas au Gabon, un pays laïque », fustigent les internautes sur les réseaux sociaux.

Lire aussi:  Voici les conditions d'attribution de bourse en vigueur au Gabon

À votre avis, c’est normal ou c’est pas normal ?