L’opérateur de téléphonie mobile et internet Moov Africa-Gabon Télécom a annoncé, il y a quelques jours, l’augmentation de la vitesse de connexion de sa box par 5. Celle-ci atteindrait désormais les 500 mégas octets par seconde (500 Mo/S). Pour plusieurs utilisateurs, cela reste les « choses de l’espace», du « pipeau » car, estiment-ils, la vitesse de connexion a plutôt été divisé par 5.

« La Moov box c’était mieux avant » de l’avis de plusieurs utilisateurs qui ont fait la fâcheuse expérience de voir la qualité de leur connexion internet se dégrader depuis le quintuplage du débit internet annoncé.

Lire aussi:  E-commerce: Le Gabon à la ramasse. Analyse factuelle référencée

« Vous êtes sûrs de ce que vous racontez ? Sur le terrain, moi je ne constate rien. On a augmenté mon débit à 100 mégas, même page Youtube j’ai du mal à ouvrir », s’indigne Alassani, une abonnée à l’offre intermédiaire de 35 000 FCFA.

En parcourant les récentes publications de l’opérateur sur sa page Facebook officielle, nous avons enregistré une dizaine de retours d’expérience négatifs qui nous ont permis de comprendre que nous n’étions pas les seuls à vivre cette situation gênante.

Lire aussi:  Airtel TV: la nouvelle offre foireuse d'Airtel Gabon

« J’ai l’impression que c’est la fiction. Parce que depuis l’annonce de l’augmentation du débit, ma connexion beugue plus qu’avant », déclare un internaute visiblement remonté sur une vidéo publiée aujourd’hui sur la page de l’entreprise avant d’être corroboré par Ivan. « En effet, je n’arrive même plus à suivre un vidéo sur YouTube correctement, pour Netflix c’est pire. Sauf à des heures tardives que nous retrouvons la fluidité de MAGT [Moov Africa-Gabon Télécom, ndlr] », renchérit-il.

Lire aussi:  [Télécom] Airtel fait face à une panne d'internet

Pour Ludovic, la situation semble beaucoup plus grave dans la mesure où l’usage des réseaux sociaux et des services de messagerie instantanée est limité. « Je croyais être la seule personne dans ce cas. Même un statut WhatsApp impossible de regarder », décrie-t-il.

Voici autant de feedbacks négatifs qui devraient, logiquement, amener l’opérateur à s’assurer de l’effectivité du déploiement du nouveau débit multiplié par 5.