Parfait Koumba Nguibinga, caporal de la sécurité pénitentiaire en service à la prison centrale du chef-lieu de la province de la Nyanga a attenté le 6 juin dernier à la vie d’un de ses collègues.

Tout aurait commencé le dimanche 5 juin. Ce jour-là, le paramilitaire caporal qui n’est pas de service, décide d’aller prendre un verre au mess de la prison. Il n’est pas seul, car deux amis (des civils) l’accompagnaient. Une fois parvenu à la guérite de la prison, Parfait Koumba Nguibinga demande à son collègue en faction de le laisser entrer. Mais ce dernier s’y oppose en lui faisant comprendre que la structure est déjà fermée. Le caporal ne l’entend pas de cette oreille. Aussi veut-il à tout prix accéder au local.

Lire aussi:  [Urgent] Éric, «le cannibale» a été appréhendé à Oyem

Toute chose qui oblige l’élément en faction à prévenir le directeur de la prison dont la présence oblige le caporal à renoncer à son entreprise. Parfait Koumba Nguibinga rentre alors chez lui mais dans une colère noire. Le lendemain, c’est-à-dire le 6 juin dans la matinée, armé d’une machette à cinq pointes soigneusement dissimulée, il décide d’en finir avec le collègue réfractaire de la veille au mess.

Lire aussi:  Il tabasse sa copine à cause du bouillon de chat et finit en prison

Si le caporal a réussi à asséner quelques coups de machette à son adversaire à la hauteur du dos, la bravoure de ce dernier lui a permis de se mettre à l’abri du pire. Jusqu’à ce que les riverains interviennent. Face à la foule menaçante qui a volé au secours de la victime, l’agresseur prend la fuite et réussit à se fondre dans la nature.

Lire aussi:  [Fait-divers] Un gardien de prison violeur en série mis aux arrêts

Une plainte a été déposée au parquet de Tchibanga pour tentative d’assassinat. Parfait Koumba Nguibinga serait toujours en cavale. Il aurait même été aperçu dans les environs de Lambaréné. Affaire à suivre.

© L’Union