Quatorze personnes ont été interpellées, à l’issue d’une enquête de la Sous-Direction de la Lutte contre l’Immigration Irrégulière (SDLLI).

Vague d’arrestations aux abords du musée du Louvre, mercredi 8 juin. La police a interpellé quatorze personnes à l’issue d’une enquête menée par la Sous-Direction de la Lutte contre l’Immigration Irrégulière (SDLLI). Parmi ces quatorze personnes, toutes gabonaises, huit ont été placées en garde à vue et six autres en centre de rétention administrative, compte tenu de leur présence irrégulière sur le sol français. Selon Le Parisien, elles sont soupçonnées d’avoir mis en place un trafic de faux billets permettant d’entrer dans le musée.

Lire aussi:  [Urgent] Le patron de la microfinance CECG aurait disparu avec toute l'épargne des clients

L’enquête de la SDLLI a commencé il y a plusieurs mois, lorsque des policiers et la direction du musée ont constaté l’installation d’un trafic sur le Carrousel : plusieurs membres du réseau se débrouillaient pour récupérer, de gré ou de force, les tickets des touristes venant de quitter le musée. Une fraude rendue possible « car les billets qui sont vendus entre 15 et 17 euros donnent accès aux lieux pour la journée entière ».

Des clandestins exclusivement concentrés sur ce trafic. Pour parvenir à leur fin, les voleurs procédaient à la modification du QR code présent sur les billets, avant de les revendre au prix fort à des touristes croyant bénéficier de coupe-files. « Cette équipe n’était constituée que de clandestins qui n’avaient pas d’autres activités, ils tiraient leur subsistance de cette seule escroquerie », explique au Parisien une source proche de l’enquête.

Lire aussi:  5 bonnes raisons qui prouvent que le Père Noël est une pure escroquerie

© Valeurs Actuelles