La Conférence de Restitution des Perspectives Économique en Afrique Subsaharienne a eu lieu ce 25 mai 2022 à Libreville. Cette rencontre ouverte au public a vu la participation du représentant national du Fonds Monétaire International (FMI) et des membres de la société civile.

Ce mercredi 25 mai 2022, en sa qualité de Ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance, de la Lutte contre la Corruption, Francis Nkea Ndzigue a déclaré devant le représentant du Fonds Monétaire International (FMI) ne pas comprendre comment le Gabon a pu s’endetter autant, ni comment sont calculés les intérêts de cette dette.

Lire aussi:  La manifestation des jeunes refusant les 1000F du PDG aurait fait un mort à Franceville

Une déclaration qui jette le discrédit sur le gouvernement actuel qui dispose pourtant en son sein des économistes et financiers de haut rang et soulève de vives inquiétudes quant à l’utilisation des fonds alloués depuis 2010. L’Exécutif gabonais dépenserait sans compter et semble résolument engagé à trouver un coupable : la population.

Au sujet de la corruption qui gangrène l’économie gabonaise, le Ministère Nkea est intimement persuadé : « La corruption commence toujours par le corrupteur. Et le corrupteur généralement, c’est le secteur privé et la société civile qui vont corrompre les fonctionnaires. Ce sont eux qui viennent corrompre nos fonctionnaires. »

En d’autres termes, pour le ministre (qui n’a jamais livré de rapport sur la corruption au Gabon), ce sont les entreprises privées et la société civile qui entretiennent la corruption dans le pays depuis de nombreuses années au point de freiner le rythme de développement du pays.

Lire aussi:  Franceville : un enseignant arrêté en violation des franchises scolaires

Pourtant depuis plus de six (6) mois, les experts du Fonds Monétaire International (FMI) attendent toujours le rapport détaillé des dépenses des fonds alloués pendant la crise covidienne avant de prétendre à un nouveau prêt auprès de l’institution. Ça là aussi ce sont les entreprises privées et la population qui ont « détourné » ?