Le mariage civil, selon le régime et les termes, est une assurance pour la femme et une garantie pour les enfants. Il offre plus de sécurité juridique dans la succession, après le décès de l’époux.

Le mariage coutumier, en revanche, est une affaire de tradition, d’honneur pour la famille de la femme que certaines familles ont malheureusement perverti en une affaire pécuniaire en assimilant leurs filles aux fonds de commerce. C’est un secret de Polichinelle !

Depuis la nuit des temps jusqu’à nos jours, le mariage coutumier n’a aucune valeur juridique au Gabon quand bien même le texte présenté aux législatives en 2020 semble en bonne voie. Donc si un homme dote seulement une femme et que la mort l’emporte en laissant derrière de l’argent, des biens et des entreprises, les beaux-parents vont la spolier et elle va seulement se retourner vers Linda Bongo Ondimba pour se plaindre.

Lire aussi:  Les Sud-africaines pourraient bientôt épouser plusieurs hommes

Même s’il y a possibilité d’organiser les mariages civil, coutumier et religieux en même temps, avec des moyens limités, il faut privilégier là où votre avenir et celui de vos enfants est assuré au lieu de vouloir satisfaire la cupidité des parents au nom des valeurs ancestrales. « D’autres en font même une affaire de sorcellerie pour bloquer les enfants des autres », s’indigne Gustave, un internaute gabonais.

Lire aussi:  Francis Mvemba et Coco Émilia scellent leur union au Cameroun

En effet, alors qu’il souhaitait célébrer son mariage civil en premier avant de se rendre pour une longue mission à l’étranger, la famille de sa compagne lui a exigé la dot comme condition sine qua non. Et dans son entêtement à aller à l’encontre de ces prescriptions familiales, femme et enfants ont commencé à connaître des maladies « bizarres » qu’aucun diagnostic n’a pu identifier jusqu’à ce qu’à la mort d’un vieil oncle paternel, il avoue être à l’origine de leur mal pour l’affaire de la dot outrepassée.

Lire aussi:  Lambert Matha épouse sa tchiza Désirée Singatady en plein confinement

L’Afrique a ses us et coutumes, ses valeurs ancestrales à perpétuer. Mais si celles-ci doivent s’assimiler à de la sorcellerie, il y a lieu de s’inquiéter pour son développement. Car, dépuis des décennies, la sorcellerie africaine n’a fait avancé le continent d’un iota. Tout au contraire, on régresse inexorablement.

« Si le mariage civil protège sur le plan juridique, peut-être que le mariage coutumier protège également de la sorcellerie en apaisant les vampires du village », a ironisé Gustave dans l’épilogue de son propos.

Mariage coutumier (#1) ou civil (#2), lequel a plus d’importance à vos yeux ? Et pourquoi ? 🤷🏽‍♂️