La toile africaine est secouée cette semaine par un nouveau scandale de mœurs et d’exploitation humaine à Dubaï. Il s’agit de l’affaire « Porta Potty », des soirées où les influenceuses mangent les cacas et boivent l’urine des riches hommes d’affaires arabes. En Afrique, les influenceuses web sont connues pour montrer au monde leur opulence insolente qui dénote parfois d’une cupidité immodérée. Mais à quel prix ?

Pour beaucoup d’influenceurs web africaines, Dubaï est la destination la plus prisée. C’est devenu un signe de réussite. Une influenceuse accomplie doit séjourner au moins un weekend dans cet émirat. Mais derrière les strass et paillettes qu’elles laissent voir sur les réseaux sociaux, nombreuses d’entre elles s’adonnent aux pratiques inhumaines pour entretenir leur train de vie. Certaines sont même utilisées comme des toilettes humaines par des riches hommes d’affaires arabes qui défèquent et urinent dans leur bouches pour assouvir leur égo surdimensionné contre de l’argent.

Lire aussi:  « 70% des artistes gabonais se font péder », dixit Apoutchou National

Le terme Porta Potty désigne « toilettes publiques ». Il est utilisé en référence à l’affaire des femmes qui sont traitées de la même manière que les toilettes portables publiques ensuite sont lavées avec d’énormes sommes d’argent en dollars, ce qui leur permet de maintenir leur style de vie avec des looks brillants et fantaisistes sur les réseaux sociaux. Elles sont généralement rémunérees entre 15 000 et 30 000 dollars par semaine pour leurs services de manducation des aliments insolites.

Lire aussi:  🇬🇦 Pointe Dénis "Porta Potty" : la FGRI ouvre une enquête

En réalité, ce n’est pas une action banale. Les personnes qui s’adonnent à ce genre de pratiques inhumaines s’engagent par un accord mystico-spirituel irréversible avec les chefs de l’organisation. Cependant, depuis la prolifération de ce genre d’actes dans ce pays des Emirats Arabes Unis, certaines voix ont commencé à s’élever contre ces pratiques d’une autre ère. Vivement que les adeptes de concept « réussir à tout prix » prennent réellement conscience.

Lire aussi:  Princesse Téké et Mbassi Eliel auraient détourné près de 19 millions à UBA Gabon