Le 07 avril dernier, Rose Christiane Ossouka Raponda, Premier Ministre du gouvernement gabonais, procédait au lancement officiel du projet « un taxi, un emploi, un avenir », destiné à rendre possible et efficace l’insertion professionnelle et l’autonomisation des jeunes Gabonais.

À cet effet, dix (10) taxis ont déjà été remis aux bénéficiaires sur un lot total de quatre-vingts dix (90) au total. Mais les conditions d’acquisition et/ou de remboursement font jaser au sein de la population car celles-ci s’apparente à une exploitation à demi-teinte.

Lire aussi:  À qui appartient le parc Tsunami dont l'Agatour fait désormais la pub?

En effet, pour rembourser le prêt et acquérir la voiture, les chauffeurs devront conduire les taxis du lundi au samedi de 8 heures à 20 heures et verser chaque jour 22 000 FCFA dans un compte d’EDG pendant 48 mois. Si on fait les calculs, cela donne ce qui suit:

  • 22 000 FCFA X 6 jours = 132 000 FCFA par semaine
  • 132 000 CFA X 4 semaines = 528 000 FCFA par mois
  • 528 000 FCFA X 48 mois = 25 334 000 FCFA en 4 ans
Lire aussi:  Accusé d'encourager la médiocrité, le MEN se ravise à propos du «9 fort»

Autant dire que, pour l’acquisition d’un seul taxi, le bénéficiaire remboursera à l’État un peu plus de 25 millions de francs CFA. Du moins, le bénéficiaire travaillera pendant 4 ans pour payer à l’État 25 millions 334 mille francs CFA. À noter que selon l’une des conditions, les autorités pourraient décider de remplacer les personnes qui ne respecteraient pas les conditions.

Lire aussi:  [Insolite] 2 élèves d'Oloumi surpris en plein ébat sexuel dans un cimetière

C’est triste mais c’est comme ça. C’est à prendre ou à laisser. Est-ce que la jeunesse a vraiment le choix ?

© La Doc Média