Le Parti Démocratique Gabonais (PDG) au pouvoir a célébré son 54e anniversaire en différé ce samedi à Franceville. Comme il est de coutume dans cette formation politique, des centaines de jeunes ont été achetés pour gonfler les rangs du « parti des masses ». Malheureusement, après l’événement, les choses ne se sont plus passées comme prévues virant même au drame.

Le Parti Démocratique Gabonais (PDG) a célébré hier l’an 54 à la tête du Gabon sans discontinuer. Pour mener à bien leur guerre d’images et convaincre l’opinion de la popularité de cette formation politique, les leaders de comités et de sections ont procédé à l’enrôlement des jeunes économiquement vulnérables des quartiers défavorisés de Franceville pour « faire le nombre ».

Alors qu’ils étaient habitués à cinq mille francs CFA (5 000 FCFA) en plus du t-shirt à l’effigie du parti et du sandwich, transport garanti, les jeunes de Franceville ont été surpris de recevoir le soir chacun la modique somme de mille francs CFA (1 000 FCFA).

Lire aussi:  François Ntoutoume Emane épinglé dans une affaire de corruption

En colère, les jeunes littéralement clochardisés se sont regroupés devant le domicile du « grand argentier », par ailleurs Trésorier Payeur Général (TPG) du pays bloquant ainsi la circulation.

Selon certaines sources, la manifestation aurait fait un mort au quartier Wédgé, à de Franceville. Malgré les appels à conscientisation de la société civile, les jeunes gabonais sont encore nombreux à se esclave pour des sommes dérision tellement le chômage et la galère sont devenus leur partage.

Lire aussi:  Togo: Vincent Bolloré, le magnat de la corruption en Afrique risque gros en France