Le 12 mars dernier, le Parti Démocratique Gabonais (PDG) a célébré son 54e anniversaire à la tête d’un pays en ruines. Des jeunes gens avaient alors été payés à 5 000 FCFA, habillés aux couleurs du parti et transportés pour remplir les rangs des adhérents et sympathisants. Au sortir de l’événement, plusieurs T-shirts et casquettes estampillés avec le logo du PDG ont été retrouvées dans les bacs à ordures environnants.

Ils étaient nombreux sur Facebook à arborer le décor du « parti des masses » sur leurs profils depuis le 1er mars 2022. Après la levée des restrictions sanitaires annoncée en grande pompe par le Distingué Camarade Président (DCP), les militants et sympathisants du Parti Démocratique Gabonais (PDG) se sont retrouvés en présentiel pour célébrer l’an 54 de leur formation politique le 12 mars 2022 au Jardin Botanique.

Lire aussi:  Craignant de mourir Okukut*, Régis Massimba rejoint le PDG d'Ali Bongo

Monnayés pour « faire le nombre » et empocher la modique somme de 5 000 FCFA, plusieurs jeunes gabonais économiquement faibles se sont enrôlés sur la liste des figurants lors de l’événement. La mission remplie et l’argent empoché, plusieurs d’entre eux se sont changés en chemin en jetant les t-shirts et casquettes du PDG à la poubelle pour éviter les moqueries au quartier.

Lire aussi:  Noureddin Valentin nommé à un poste stratégique au PDG à l'approche de la Présidentielle de 2023

Interrogé sur cet acte qui a suscité moultes réactions sur la toile cette semaine, Jordan, l’un des jeunes que l’on apperçoit dans la vidéo dans laquelle ils affirment avoir été « loués » à 5 000 FCFA déclare: « Ce n’est pas le genre de malédiction qu’on amène à la maison ». Une prise de conscience tardive d’autant plus que par sa simple présence, il a scellé le soir de sa génération pour plusieurs années à venir.

Lire aussi:  «Ils ont encore oublié mon nom», Gabin Yalanzèle toujours pas nommé au PDG