Ali Bongo Ondimba a annoncé la levée des restrictions sanitaires le 09 mars dernier. Parmi les mesures restrictives concernée, il y a la jauge de chargement des véhicules de transport fixée à 50% pendant la pandémie. Depuis la levée des mesures, ces véhicules peuvent désormais faire le plein. Cependant, les prix sont toujours aussi élevés. Pourquoi ?

Les populations du Grand Libreville ne comprennent toujours pas la stagnation des prix du transport alors que la vie est censée être revenue à la « normale ». Des clandomen et taximen taxent toujours aussi cher, jusqu’à 2 fois les trajets relativement court.

Lire aussi:  [Société] Setrag, le «train de la mort», défend bien sa réputation en situation de monopole.

Par exemple, le trajet Rio – Gare Routière est toujours à 200 FCFA au lieu de 100 FCFA. Certains chauffeurs continue de charger de moitié leurs véhicules et facturer le double pour faire plusieurs tours dans la journée au lieu d’attendre plusieurs minutes pour faire le chargement complet.

Une situation qui fâche les passagers qui voyaient avec la levée des restrictions sanitaires, le retour aux tarifs normaux. Malheureusement dans ce secteur comme dans tant d’autres, chacun dicte sa loi.

Lire aussi:  [Société] Cherté de la vie : bientôt 3 gâteaux à 100 francs CFA ?