Panique au sommet de l’État !? D’après plusieurs sources proches des arcanes politiques, 11 sur 12 personnes nommées le 04 mars 2022 au Haut Commissariat de la République (HCR) bouderaient leurs nominations. Ce qui expliquerait les nouvelles nominations intervenues le 10 mars 2022 réduisant l’effectif à 5 membres. « Que s’est-il passé pour que le Haut Commissariat de la République subisse une cure d’amaigrissement en moins d’une semaine ?», s’interroge horripilé Ulrich, un sujet gabonais.

Pour les fins observateurs de l’actualité politique du moment au Gabon, les choses sont claires : il règne une cacophonie et une précipitation dans les sphères décisionnelles de l’État.

Lire aussi:  [Politique] Jean Eyéghé Ndong : un autre opposant alimentaire porté au Haut Commissariat de la République

Nommés le 04 mars 2022, Michel Essonghe, Jean Eyeghe Ndong, Léon Nzouba et huit (8) autres membres du Haut Commissariat de la République (HCR) ont-ils été rayés de la nouvelle liste du 10 mars, seulement 6 jours après ? Est-ce que cela revient à dire qu’ils n’avaient pas été consultés avant leurs nominations ? Ou encore qu’ils se sont rendus compte que le HCR n’était qu’une coquille vide pour les réfugiés politiques ?

Lire aussi:  [Politique] La nomination des membres du HCR bientôt déclarée nulle et non avenue ?

Pire même, est-ce que Éric Dodo Bouguendza, débarqué du Secrétariat Général du Parti Démocratique Gabonais (PDG) le 09 mars 2022, est-il en capacité de bouder un poste dans lequel sa hiérarchie politique l’a nommé sans craindre de passer par le très intransigeant Comité de Discipline ?

Devant cette incompréhension grandissante, plusieurs Gabonais se résolvent à penser qu’il s’agit possiblement d’un complément d’effectif. Malheureusement, cette hypothèse a du mal à passer parce que le nom de Marcel Abéké revient sur les deux listes passant de simple Commissaire à Haut Commissaire avec la supression du poste du Haut Commissariat Général.

Jean Eyéghé Ndong surnommé « Nza Fé » avait déclaré au lendemain de sa nomination qu’« en politique, le compromis peut être de mise ». Le fils de Nkembo a-t-il finalement botté en touche se rendant compte que ses missions au sein du HCR le rendrait également responsable des actes du système politique qu’il a combattu en 2016 aux côtés de Jean Ping et qui le prive toujours des avantages d’anciens Premier Ministre ?

Lire aussi:  [Politique] La nomination des membres du HCR bientôt déclarée nulle et non avenue ?