L’assurance est une opération par laquelle l’assureur s’engage à réaliser une prestation, dans le cadre d’un contrat d’assurance, au profit de l’assuré lors de la survenance d’un sinistre et moyennant le paiement d’une cotisation ou d’une prime. Les assurances se basent essentiellement pour la probabilité de la survenance des risques pour faire profit. Plus les sinistres sont récurrents voire réguliers, moins l’assureur en tire des bénéfices. L’assurance auto nous intéresse toute particulièrement.

En ce qui concerne l’assurance automobile rendue obligatoire dans plusieurs pays dont le Gabon, tout propriétaire d’un véhicule à moteur doit nécessairement l’assurer avec, au minimum, une garantie de responsabilité civile (également appelée « assurance au tiers ». Cette garantie couvre exclusivement les dommages que pourrait causer la voiture assuré à un tiers (passager, autre conducteur, piéton …) ou à un autre véhicule.

Lire aussi:  Marketing de réseau: opportunité d'affaires ou arnaque à la Ponzy ?

Malheureusement pour l’assuré, le processus d’indemnisation c’est pas aussi simple comme on l’entend. S’il faut seulement un quart d’heure environ pour payer son assurance automobile, en cas de sinistre tel qu’un accident de circulation impliquant le véhicule assuré, il faut en revanche plusieurs mois d’enquête voire plusieurs années de procédure d’indemnisation qui parfois peuvent s’avérer infructueuses.

Certains assurés sont parfois contraints de couvrir les frais de réparation, les dommages et intérêts causés par le véhicule dans l’espoir que l’assureur parvienne finalement à les rembourser après une longue procédure d’enquête. Pourquoi rendre la rendre donc obligatoire si en cas de sinistre, l’assuré peut lui-même couvrir les frais ?

Lire aussi:  Écoles privées et fêtes scolaires : un cocktail d'arnaques bien mixé

Le scénario le plus avantageux pour une maison d’assurances c’est lorsqu’un véhicule assuré n’enregistre aucun sinistre jusqu’à son obsolescence. Par contre, la prime d’assurance d’un véhicule peut être revue à la hausse qui vous faites plus d’accidents dans un laps de temps.

« Lorsque j’étais beaucoup plus jeune, je pensais que si vous ne faites pas d’accidents au bout d’un moment, votre argent versé pendant tout ce temps vous est remboursé. Je me disais que c’était une épargne, mieux une caution pour inciter les conducteurs à faire plus attention au volant. Adulte, je me rends bien compte que c’est une arnaque bien instituée », déclare Germain un assuré désabusé.

Lire aussi:  [Société] Recherchés pour vente illicite de terrains à Bikélé

En réalité, ce sont plutôt les bons conducteurs qui contribuent pour payer les indemnisations des mauvais chauffeurs. Ce qui encourage d’une manière ou d’une autre la mauvaise conduite en ce sens qu’un conducteur peut être tenté de réaliser de mauvaises manœuvres et de compter sur la couverture de son assurance. Puisque la mort est inéluctable, seule l’assurance vie devrait être obligatoire.