Lors du Conseil des Ministres, tenu le vendredi 4 mars 2022, Ali Bongo Ondimba a appelé le Gouvernement à encourager les populations à se vacciner mais aussi à lever processuellement certains restrictions des libertés individuelles telles que le couvre-feu et l’interdiction de rassemblement de plus de 30 personnes. Une décision qui intervient seulement un (1) jour après qu‘Emmanuel Macron, candidat à sa propre succession, a décidé de mettre fin à l’obligation du pass vaccinal et du port du masque dès le 14 mars 2022.

Le Conseil des Ministres organisé en grande pompe et marqué principalement par la nomination des premiers membres du tout nouveau Haut Commissariat de la République a également permis à Ali Bongo d’instruire ses Ministres à la levée de certains restrictions instaurées depuis deux (2) pour lutter contre le Covid 19.

Lire aussi:  Sondage: Top 10 des choses qui énervent les Gabonais en 2021 selon la FGRI

En effet, s’inscrivant toujours dans la logique du « CNTRL + C » et « CNTRL + V » avec son parrain la France, le Gabon va affranchir son peuple privé de ses droits fondamentaux au nom du Covid 19 depuis avril 2020. Il va donc falloir « proposer, dans les meilleurs délais, une stratégie permettant, d’une part, d’encourager davantage les populations à avoir un schéma vaccinal complet », a indiqué Ali Bongo dans le communiqué final dudit conseil.

Lire aussi:  Singuila réinvente les codes de la lutte contre la pandémie, Matha et Obiang restent hébétés.

Par ailleurs, le Chef de l’Exécutif qui suit la situation épidémiologique de la France de près a instruit Rose Christiane Ossouka Raponda « d’alléger considérablement ou lever certaines mesures barrières telles que le couvre-feu ». Une décision qui intervient seulement 24 heures après que Jean Castex, le Premier Ministre français a annoncé la fin de l’obligation du pass vaccinal et du port du masque dans les lieux publics.

Lire aussi:  Ali Bongo met un terme au commerce des masques et des tests PCR

Les populations gabonaises pourraient, dans les semaines à venir, exulter devant le doux parfum de la liberté retrouvée après 24 mois de confiscation par l’Exécutif soutenue par le Législatif complice.