En date du 9 décembre 2019, René Ndemezo’o Obiang, Premier Secrétaire de Démocratie Nouvelle (DN) d’alors, avait adressé deux (2) courriers à la Présidence de la République gabonaise. L’un était adressée à Ali Bongo Ondimba, Président de la République et l’autre à son fils Noureddine Bongo Valentin en sa qualité de Coordinateur des Affaires Présidentielles pour qu’il transmette sa requête au destinataire VIP.

Dans ce courrier pourtant classé « confidentiel » mais relevé au grand public subséquemment à ses intentions de re-démission du Parti Démocratique Gabonais (PDG), René Ndemezo’o Obiang (RNO) natif de Bitam, toute honte bue, quémandait littéralement à genoux une nomination au poste (devenu facultatif sous l’ère Ali Bongo) de Vice-président de la République (VPR).

Lire aussi:  [Politique] Jean Eyéghé Ndong : un autre opposant alimentaire porté au Haut Commissariat de la République

La lettre qui commence par une déclaration de prise de conscience se poursuit avec un historique de ses réalisations et exploits aux côtés d’Omar Bongo Ondimba, père de l’actuel Président. Il conclut sa missive de trois (3) pages en ces termes : « Au cas où cette doléance rencontrerait Votre assentiment, je m’engage à Vous servir avec loyauté et dévouement, sans aucun calcul ou agenda caché, mais avec l’unique ambition d’être utile à notre cher pays, le Gabon ».

Une formule de politesse qui dénote d’une manière flagrante le larbinisme avec l’utilisation des majuscules pour les mots « Votre » et « Vous » pour s’adresser à Ali Bongo Ondimba comme s’il s’agissait d’un roi ou de Dieu. Voici, en images, tout le contenu des lettres de RNO du 9 décembre 2019 rendues publiques.

Lire aussi:  Toujours pas nommé VPR, Ndemezo'o commence à regretter son retour au PDG

La loyauté a une frontière. Au-delà, c’est du larbinisme.