De l’an 2015 à 2025 a été officiellement décrété « Décennie de la Femme Gabonaise » par Ali Bongo Ondimba, président du Gabon. Placé sous tutelle du Ministère de la Santé, de la Prévoyance Sociale et de la Solidarité Nationale, ladite mesure a pour objet la promotion des femmes en République Gabonaise dans le but de faciliter l’autonomisation de la gent féminine et l’accès aux mêmes fonctions que les hommes.

Cependant, depuis l’instauration de cette mesure aux forts relents féministes, aucune femme n’est encore enregistrée dans les effectifs de la Garde Républicaine alors qu’elles sont nombreuses à briller au sein de la gendarmerie et de la police nationale du pays. Est-ce à dire que les femmes ne sont pas aptes pour remplir ses fonctions ? Le féminisme s’applique-t-il à certains domaines et pas à d’autres ?

Lire aussi:  Afghanistan: les filles interdites de s'inscrire au collège et au lycée

Pourtant selon les mêmes autorités, ce plan décennal a notamment pour objet d’intensifier la promotion et la protection des droits de la femme, de promouvoir leur autonomisation et de renforcer progressivement l’arsenal juridique contre les dispositions discriminatoires à l’égard des femmes.

Les résultats attendus de la mise en œuvre de la mesure sont la formation des femmes, l’amélioration et la transformation profonde de la condition de la femme sur tous les plans : juridique, politique, économique et social. Seulement ce combat est mené sur un plan.

Lire aussi:  Non, le 08 mars n'est pas une cérémonie de réjouissance, c'est une journée de revendication pour la cause féminine.

Tandis que les femmes sont de plus en plus nombreuses à accéder aux fonctions politiques et administratives, elles sont, cependant, reléguées au second rang dans les fonctions militaires au sein du corps armé d’élite proche de la Présidence de la République. Mais ça, aucun féministe ne bronche. Hypocrisie !