L’homme a abattu ses trois enfants et une autre personnes avant de se suicider. Ils se trouvaient dans l’église de Sacramento pour une visite supervisée.

« À 17h07 cet après-midi, nous avons reçu un appel concernant une fusillade dans l’église », a déclaré la police californienne. Un père de famille a abattu lundi ses trois enfants mineurs ainsi qu’une quatrième personne avant de se suicider, dans un lieu de culte de la capitale californienne Sacramento, a annoncé le sergent Rod Grassmann, de la police de la ville, lors d’une conférence de presse.

« Nous avons découvert un homme adulte, un père qui a ouvert le feu et tué ses trois enfants, âgés de moins de quinze ans », a-t-il expliqué. Selon NBC, les fillettes étaient âgées de 9, 10 et 13 ans. Une « cinquième personne est aussi décédée » sans pouvoir dire si elle avait un lien avec les autres victimes, a-t-il ajouté. Après le drame, le tireur a retourné son arme contre lui.

Lire aussi:  Mort d'Oke-Metoule par noyade, la police couvre ses éléments

« Pour autant que je voie, il s’agit à ce stade d’un genre d’incident lié à des violences domestiques », a déclaré Rod Grassmann. Selon lui, cité par NBC, l’église était « le lieu d’une visite supervisée » du père pour voir ses enfants, « il était visé par une ordonnance d’éloignement » concernant la mère de ses trois enfants.

Lire aussi:  Christian Bernard Rekoula victime de menaces de mort

Les services du shérif de Sacramento n’étaient pas en mesure à ce stade de préciser pourquoi le tireur et les victimes se trouvaient dans ce petit bâtiment servant de lieu de culte chrétien, dont l’affiliation religieuse restait floue lundi soir.

Le gouverneur de Californie a déploré sur Twitter des meurtres « absurdes ». « Encore un acte de violence par arme à feu absurde en Amérique, cette fois-ci chez nous. Dans une église où se trouvaient des enfants », a écrit Gavin Newsom, se disant « absolument atterré ».

Les fusillades, notamment en milieu scolaire, dans les centres commerciaux ou les lieux de culte sont un mal récurrent des États-Unis que les gouvernements successifs ont été impuissants à endiguer, notamment en raison des dispositions de la Constitution protégeant le droit des citoyens américains à détenir une arme.

Lire aussi:  Ntoum: 5 policiers passibles de prison pour non-assistance à personne en danger

Les violences par armes à feu ont augmenté depuis le début de la pandémie dans le pays. Elles ont fait plus de 44 000 morts en 2021, dont une majorité de suicides, selon le site Gun Violence Archive.

© Le Parisien