Les étudiants gabonais sont vent debout pour réclamer leurs bourses. Certains n’ont perçu aucun centime depuis le depuis de l’année académique 2020-2021 dû à une bancarisation tardive. Toutefois, l’Agence Nationale des Bourses du Gabon (ANBG) rassure: la situation sera régularisée dans les brefs délais. Malheureusement pour les étudiants gabonais, la bourse, un soutien financier de l’État, est détournée de son usage originel pour servir dans l’achat des téléphones dernier cri et à s’enivrer dans les débits de boissons.

Une allocation d’études ou bourse d’études est une aide financière octroyée aux étudiants qui remplissent certains critères (âge, note du bac, etc) pour la poursuite de leurs études supérieures au sein des universités, hautes écoles et écoles supérieures spécialisées. Pour obtenir une allocation d’études au Gabon, l’étudiant ou (futur étudiant) doit faire la demande chaque année avant le 30 avril.

Lire aussi:  ANBG: Le paiement des bourses de mars 2021 renvoyé à une date ultérieure ... peut-être jamais (?)

L’argent versée mensuellement dans les comptes des étudiants bancarisés est normalement destiné pour l’achat des outils didactiques, l’abonnement dans les bibliothèques, l’alimentation, le transport et d’autres besoins quotidiens nécessaires.

L’argent […] est normalement destiné pour l’achat des outils didactiques

Malheureusement pour beaucoup d’étudiants, la bourse est utilisée à d’autres fins. Certains mettent les autres plein la vue en s’achetant les téléphones derniers cris, d’autres sont des abonnés des débits de boissons et des filles de joie. Le phonème est observé chez les étudiants gabonais au pays comme à l’étranger.

Lire aussi:  Étudiants gabonais agressés nuitamment au retour des ambiances - Voici les faits

À Libreville, par exemple, un debit de boisson situé à l’Ancienne Sobraga, à quelques mètres de l’Université Omar Bongo (UOB) est tristement baptisé « Bar des Étudiants ». Une appellation qui dénote la présence trop fréquente des étudiants dans ce lieu qui grouille de monde et où règne une insécurité galopante.

L’ANBG […] devrait opter la distribution des bons d’achats pour un utilisation à bon escient des allocations.

Pour mettre un terme à l’utilisation à mauvais escient des allocations d’études, l’ANBG, sous tutelle de la Présidence de la République devrait opter la distribution des bons d’achats auprès des partenaires fournissant des produits et services nécessaires à l’étudiant. Les étudiants ne bénéficient plus d’espèces, mais directement de coupons ou bons sur lesquels la valeur de leur allocation est indiqué. Cela permet de s’assurer que l’argent ainsi attribué est utilisé de la façon entendue.

Être étudiant n’est pas une profession et la bourse octroyée n’est pas un salaire.