L’envolée du prix de la farine importée essentiellement d’Europe a influé significativement sur le coût des denrées alimentaires de première nécessité consommées quotidiennement au Gabon. Le prix des beignets africains, appelés communément « gâteaux » pourrait, lui aussi, être impacté.

À cause de l’inflation du cours de blé, le prix de la baguette de pain est passé de 125 à 150 francs CFA au Gabon sous le regard impuissant du Ministère de Commerce et de la Direction Générale de la Concurrence et de la Consommation (DGCC). Si le prix du pain a augmenté, pourquoi pas celui du gâteau alors que tous les deux sont faits à base de farine ? Voici la question de logique à laquelle les consommateurs gabonais devront bientôt répondre.

Lire aussi:  Port-Gentil: les prix du bateau toujours à 35 000 FCFA malgré la levée des restrictions

La farine n’est pas le seul ingrédient qui rentre dans la composition des gâteaux. Il faut du sucre pour relever le goût et de l’huile pour faire frire le produit final découpé en petites boules. Il se trouve malheureusement que le prix de l’huile a également augmenté vertigineusement. Le bidon d’huile de 5 litres, par exemple, est passé sans transition de 4 500 à 7 000 francs CFA.

Lire aussi:  [Économie] Le prix du pain et de la Régab directement impacté par le conflit russo-ukrainien

Les commerçantes interrogées sur la question disent disposer de deux alternatives : réduire la taille du gâteau ou vendre 3 gâteaux à 100 francs CFA pour continuer à faire du profit puisque « tout devient cher ici dehors du jour au lendemain », confie l’une d’entre elle. C’est parti pour durer. Même la conserve sardines à l’huile végétale est vendue à 500 francs CFA chez l’épicier du quartier contre 350 francs CFA précédemment.

Lire aussi:  [Économie] Un paquet de sucre vendu à 2500F et une boîte sardine à 1000F à Mimongo à cause du mauvais état de la route