« Honteux », voici comment on peut résumer le traitement réservé à l’équipe nationale féminine alors qu’elle préparait, le 17 février dernier, le match aller du dernier tour des éliminatoires de la CAN Maroc 2022 TotalEnergies contre le Togo, leur hôte.

En rassemblement pour la préparation de la rencontre contre les Éperviers du Togo au Stade de Kégué, à Lomé le jeudi dernier, les joueuses de l’équipe nationale de football n’auraient perçu que la modique somme de 200 000 francs CFA chacune.

Lire aussi:  Après le départ de PEA, Pierre et Willy boycottent la sélection

Une somme insignifiante à côté des 3 millions de FCFA reçus par chaque joueur de la sélection masculine par match, soit 18 millions de FCFA perçus par joueur lors de la récente Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Près de 3, 4 milliards de FCFA avaient été déboursés au total.

Par ailleurs, durant la CAN masculine, le Ministre des Sports, Franck Nguema s’était montré beaucoup plus enthousiaste et publiait avant et après chaque rencontre pour témoigner sa fierté. « Lorsqu’il s’agit des femmes, on assiste un omerta sur la page de ce dernier », fustige un internaute sur Facebook.

Lire aussi:  [Football] Gabon: 1 jour pour la victoire, 99 pour la défaite

Les conditions d’hébergement sont toutes aussi exécrables du côté de la sélection féminine. « Les hommes logent dans les hôtels 4 ou 5 étoiles, les dames sont dans les dortoirs, à Bikélé, sur des lits superposés d’une place, au milieu des moustiques avec des douches communes », déplore le journaliste sportif Freddhy Koula, connu pour sa verve assez plaisamment piquante qui fâche les auteurs de ces pratiques.

Lire aussi:  [Urgent] Les Panthères seront de retour au Gabon dans les Camions Iveco

Incompréhensible ! Pourtant les deux sélections (masculine et féminine) défendent le même pays, le même drapeau et chantent le même hymne national. Les autorités sportives nationales devront mettre un terme à cette discrimination sexiste dont le but ultime est la clochardisation de joueuses de l’équipe nationale.