La Mairie du 4e arrondissement dite « Mairie du Bonheur » est a l’index, une fois de plus. Après avoir été interdite de célébrer des mariages en dehors du 4ème arrondissement de Libreville, Axel Jesson Ayenoue, le maire buzzmatique, est désormais interdit de « faire du folklore » pendant les célébrations nuptiales, et de se conformer au « rituel républicain ». Lambert Noël Matha s’est montré intransigeant sur la question.

Le Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales, Lambert Noël Matha, a durant une séance de sensibilisation, mis en garde certains Maires du Gabon qui célèbrent les mariages civils avec des mises en scène « folkloriques ».

« Il y a trop de spectacle, il y a trop de théâtre quand on est devant le maire. Toutes ces scènes-là qui consistent à faire du folklore, ça ne rentre pas dans le rituel républicain », a fustigé le Ministre Matha. Une allusion faite vraisemblablement à la Mairie du 4ème arrondissement de Libreville, baptisée « Mairie du Bonheur » pour le spectacle jubilatoire qui entoure la célébration des mariages.

Lire aussi:  François Ntoutoume Emane épinglé dans une affaire de corruption

Elu à la tête du Conseil Municipal du 4e arrondissement de Libreville depuis plus de 5 ans, Axel Jesson Denis Ayenoue, par ailleurs Secrétaire Général Adjoint 6 du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), chargé de l’UJPDG a instauré une méthode inédite de célébration des mariages.

Les ambiances festives instituées à la Mairie du Bonheur sont caractérisées par des mises en scènes aux allures des films hollywoodiens. Ce qui s’apparente à une quête de buzz. Même si ce show semble séduire les futurs mariés qui y affluent en masse, cela est contraire à l’éthique de la profession.

Lire aussi:  Après l'épisode Georgette Mavetsa, Christine Mba Ndutume nous refait le coup à Paris

Pour Lambert Noël Matha, qui va envoyer à tous les Maires une lettre circulaire sous peu, « ça commence à faire tâche d’huile, il n’est plus question qu’on assiste à des célébrations qui sont aux antipodes du rituel consacré ». Finie la théâtralisation de la fonction de maire, fini le buzz.

Lire aussi:  C'est dans le moutouki que se cache le Coronavirus selon les scientifiques municipaux de Libreville