Mouliom Aboubacar alias Pépé Kalé, Camerounais, la cinquantaine révolue, a trouvé la mort dans un incendie qui a ravagé l’habitation qu’il occupait au quartier Trois-Badamiers, dans la ville de Lambaréné.

Les faits ont eu lieu dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 février dernier. D’après les nombreux témoignages recueillis sur les lieux du drame, le feu se serait déclaré vers 23 heures. Et le brasier aurait eu pour origine une bougie.

Lire aussi:  [Côte d'Ivoire] Elle surprend sa mère avec son mari et saute du 3e étage avec un bébé au dos

En effet, comme l’indique un des voisins, au moment du drame, tout le quartier était plongé dans le noir, à cause d’une des coupures d’électricité devenues récurrentes dans la ville du Grand-Blanc. Et pour s’éclairer, Mouliom Aboubacar n’a pas eu d’autre choix cette nuit-là que d’allumer une bougie, laquelle bougie va le précipiter dans l’au-delà.

Lire aussi:  [Vidéo] Pour une affaire de sexe, une policière et une gendarmette se livre bataille*

Malheureusement, raconte le propriétaire de la maison, la source incandescente se trouvait juste à côté de la bouteille de gaz. Toute chose qui a fini par embraser la maison. « Nous nous sommes réveillés sous l’effet de la chaleur. Le feu s’était déjà propagé chez les voisins. C’est vraiment par la grâce de Dieu que nous avons pu sauver les meubles », explique une dame.

Lire aussi:  [Urgent] Un incendie déclaré à la Présidence cette nuit

Une autre source proche du regretté Aboubacar croit savoir que ce dernier sortait d’une hospitalisation au centre de santé régional Georges Rawiri. Deux jours avant le sinistre, le Camerounais achevait un séjour au sein de la structure médicale dans laquelle il avait subi une intervention chirurgicale. Triste fin. 😥