Âgés de 66 ans en moyenne, les chefs d’État africains creusent l’écart avec la population du continent, dont plus des trois quarts sont âgés de moins de 35 ans.

En effet, 77 % de la population africaine a moins de 35 ans selon la Banque Mondiale (BM). Si l’Afrique est le continent le plus jeune de la planète, plusieurs de ses dirigeants sont, en revanche, d’une autre génération, des « fossiles » dans le jargon estudiantin. Voici les 5 présidents les plus âgés d’Afrique par ordre décroissant.

Lire aussi:  Finale du CHAN 2020: Mali vs Maroc. Parie le score exact et tente de gagner de nombreux lots

1. Paul Biya 🇨🇲

Âgé de 88 ans, il dirige le Cameroun d’une main de fer depuis 38 ans.

2. Manuel Pinto Da Costa 🇸🇹

Le président Da Costa, âgé de 84 ans, est à la tête de Sao Tomé et Principe depuis 9 ans.

3. Hage Geingob 🇳🇦

Le président namibien Hage Geingob au pouvoir depuis 7 ans est âgé de 80 ans.

4. Alassane Ouattara 🇨🇮

Alassane Ouattara a 80 ans et est à la tête de la Côte d’Ivoire depuis 11 ans. Il est ex aequo avec Hage Geingob.

Lire aussi:  [Sénégal] Ousmane Sonko: Dans la peau de Dominique Strauss-Kahn

5. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo 🇬🇶

Obiang Nguema est âgé de 79 ans. Il est à la tête de la Guinée Équatoriale depuis 42 ans.

Si la majorité des Constitutions africaines fixent un âge minimum pour briguer la présidence (35 ou 40 ans le plus souvent), peu de pays ont inscrit dans le marbre l’âge maximum auquel un candidat peut se présenter. Par endroits, les limites d’âges auparavant imposées ont même été levées à la faveur de réformes constitutionnelles.

Le record de la longévité présidentielle est détenu par l’équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (41 ans), suivi du camerounais Paul Biya (38 ans). Des vieux présidents qui ne comprennent pas les ambitions des populations relativement beaucoup plus jeunes (35 ans, en moyenne) et l’on s’étonne du retard accusé par le continent.

Lire aussi:  Qui sera le premier président africain à faire 100% aux élections?

L’Afrique compte beaucoup de présidents « obsolètes » qui s’accrochent au pouvoir en modifiant la Constitution, empêchant ainsi le continent de connaître son essor.