Jérémie Oyono Ondo, gabonais âgée seulement de 15 ans et déscolarisé, trainant derrière lui un gang de dix (10) autres adolescents dont le plus âgé a 19 ans. Il a été écroué à « Sans Famille », la Prison Centrale de Libreville le mercredi 9 février 2022.

Jérémy et sa bande de « microbes » semaient la terreur en perpétrant des vols avec effraction et violences physiques dans les cités Octra et SNI situées dans la commune d’Owendo. Leur élan dans le grand banditisme a été stoppé net par les éléments de la Brigade Anti Criminalité (BAC) du commissariat d’Owendo, après plus de deux (2) ans de cauchemar pour les riverains.

Lire aussi:  Une ambassadrice perd ses bagages à l'aéroport et accusent les Kinois ... à tort

L’arrestation des ces adolescents a été perçue comme une grande libération par les habitations de cette commune qui ne savaient plus à quel saint se vouer suite aux multiples cas d’agressions et de vol dont ils étaient victimes.

« Chaque jour, une maison était cassée et le contenu vidé. On pensait avoir affaire aux grands voleurs qui nous endormaient avec des pratiques fétichistes. Mais nous nous trompions. C’étaient juste ces jeunes que personnes ne pouvaient soupçonnés », explique une victime qui s’est rendu au commissariat, après l’annonce de l’arrestation du groupe de gangsters.

Lire aussi:  Un faux agent des services spéciaux appréhendé au PK 5

Durant près de deux (2) ans, la bande à Jérémie a « djigué » dans toute la commune d’Owendo. La BAC qui s’était saisit du dossier, menait minutieusement les enquêtes, jusqu’au jour où un nouveau vol a été signalé au domicile d’une dame. Un énième cas de vol qui va accélérer les recherches de la police.

Dans leur stratégie de déploiement, les officiers de police judiciaire (OPJ) vont mettre la main, d’abord sur un jeune, qui va finir par vendre la mèche. Un à un ils ont été pris dans leurs différents domiciles. Jérémie, le chef de bande aux allures d’un loubard, est cueilli non loin de chez lui.

Lire aussi:  Top 5 des pages Facebook que Funny Gabon inspire – Résultats de la FGRI

Pendant leur audition, les « Invisibles » avouent avoir cambriolé plus de 15 maisons, dont le siège de la Fédération Gabonaise de Football (Fégafoot). Des aveux graves qui les conduisent devant la justice, qui finalement va les placer sous mandat de dépôt mercredi dernier.

Si « aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre d’années » selon Pierre Corneille, au Gabon, la réalité est telle qu’aux âmes mal nées le gangstérisme n’attend pas, non plus, le nombre d’années. « Seuls mes maudits deviennent des Invisibles » Chaka‘s voice. 😥