Après avoir assisté le dimanche 09 janvier à une extinction inopinée des projecteurs du stade Olembé à la fin du match d’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) opposant le Cameroun au Burkina Faso alors que le président Biya quittait le stade, on constate aujourd’hui avec désolation que les panneaux publicitaires LED du stade Japoma présentent un dysfonctionnement majeur.

Ce mardi 11 janvier 2022 pendant la rencontre entre l’Algérie et la Sierra Leone disputée au stade Japoma de Douala construit en 2020, les (télé)spectateurs vigilants ont remarqué un dysfonctionnement partiel des panneaux publicitaires LED qui entourent l’air de jeu dès la trentième minute. Un dysfonctionnement qui s’est aggravé jusqu’à l’extinction totale des panneaux à la trente-sixième minute de jeu.

Lire aussi:  [Éducation] La plateforme Xgest inaccessible. Élèves et parents désemparés — La honte.

À cela s’ajoute, la qualité exécrable de la pelouse des stades Olembé et Japoma. Pour le stade Olembé, on a constaté pour le regretter que la pelouse n’était pas vraiment enracinée dans le sol et cela s’illustrait par le fait qu’elle s’arrachait à chaque fois qu’un joueur foulait ses bottines dessus. En plus, la pelouse était très glissante. En ce qui concerne la pelouse du stade Japoma, on remarque des nids de poules justifiés par une pousse irrégulière de la pelouse surtout aux coins de corners.

Lire aussi:  CAN 2022: Le Maroc se rend au Cameroun avec eau, nourriture, matelas et du personnel

À la lumière de ce qui précède, peut-on se fier à la qualité des infrastructures construites à la va-vite pour l’organisation de cette Coupe d’Afrique des Nations ajournée à plusieurs reprises ?

PS: À la reprise de la seconde période, les organisateurs ont posé des pancartes avec le logo de Total Energies, sponsor officiel de la compétition et un écriteau marqué « Douala ».