Les internautes gabonais sont frappés de stupeur depuis la publication des images d’un hôpital de fortune érigé fin 2021 en plein centre de la commune d’Okondja, chef-lieu du département de la Sébé-Brikolo, dans le nord de la province du Haut-Ogooué (Gabon).

Les premières images de ce qui pourrait être décrit comme « l’hôpital de la honte » ont été publiées le 03 janvier 2022 par Okondja News, une page Facebook qui couvre l’actualité de la localité éponyme. Hôpital de fortune ou camp de réfugiés ? Voici la question qui taraude les esprits des observateurs curieux. « Mettre en danger sa vie en espérant améliorer sa santé. » La situation sanitaire à Okondja résumée en une phrase.

Lire aussi:  [Fait divers] La mort mystérieuse d'une jeune fille crée la psychose à Okondja

Un hôpital est un établissement de soins où y règne une hygiène irréprochable et où l’on offre une qualité de soins aux standards de la corporation. De par ce qui est présenté dans ces images apitoyantes, ce lieu est le dernier endroit où une personne devrait se rendre lorsqu’elle est malade. Murs couverts de contreplaqués mal agencés qui laissent entrer les moustiques et sols poussiéreux dépourvus de carreaux, les femmes enceintes, les nourrissons et les personnes du troisième âge sont à l’étroit dans un espace qui manque aération.

Lire aussi:  Le gang du CHU Jeanne Ebori réputé pour détention arbitraire et séquestration

D’après les informations recueillies sur place auprès des riverains, les principaux bâtiments de ce « mouroir » seraient en réfection suite à un état de délabrement avancé qui faisait planer la crainte d’un effondrement sur les patients. Cet hôpital qui ne dispose ni de paracétamol encore moins de sparadrap pour les premiers soins est devenu au fil du temps, la risée de toute la contrée.

Lire aussi:  [Urgent] Mathias Otounga menace de «faire bastonner» un jeune de sa localité.

Dans les années antérieures, il y avait encore une ambulance pour les évacuations sanitaires au Centre Hospitalier Régional Amissa Bongo (CHRAM) à Franceville. Toutefois, les patients devaient débourser entre 30 000 et 50 000 FCFA pour acheter le carburant, dit-on. Depuis qu’elle est hors service, les malades empruntent désormais un bus de transport avec tout l’inconfort d’être serré comme une sardine sur un trajet de plus de 2 heures.