Le Cameroun, le pays de l’impossible connaît depuis quelques semaines une pénurie d’huile de cuisine. La rareté de ce produit de première nécessité a entraîné ipso facto l’inflation des prix. C’est la règle de l’offre et de la demande, une notion économique bien connue. Les quelques surfaces commerciales qui en disposent encore limitent le quota par client pour essayer satisfaire tout le monde. Les fêtes de fin d’année s’annoncent « insipides ».

Le Cameroun traverse actuellement une crise des denrées alimentaires marquée notamment par la rareté de l’huile de végétale. Les grandes marques telles que Mayor et Diamaor sont absents des étagères des épiciers qui ravitaillent plusieurs quartiers de Douala et de Yaoundé et ceux qui peuvent s’en procurer après des fournisseurs revendent le litre à 1 500 francs CFA. Un prix jugé exorbitant pour un produit fabriqué sur le territoire national avec de la matière première et la main-d’œuvre locales.

Lire aussi:  Les restaurants de l'UOB et de l'USS rouverts les 7 et 8 novembre 2022

À Santa Lucia, par exemple, un supermarché situé à Mokolo, à Yaoundé, il est interdit d’acheter plus de trois bouteilles d’un litre d’huile de marque Mayor en une fois. La mesure a été mise en place pour essayer de contenter tous les clients dans la mesure du possible, l’huile d’olive, de tournesol et de soja n’étant pas à la portée de toutes les bourses.

Lire aussi:  La Gaboprix de la poste d'Akébé fermée pour surenchère du prix de l'huile Cuisin'or

D’autres surfaces commerciales, en revanche, veulent profiter de cette situation pour écouler davantage d’autres produits qui se vendent moins afin de faire des profits considérables. C’est le cas du supermarché BAO Cash & Carry qui conditionne l’achat d’un litre d’huile Mayor par l’achat d’un savon de même marque de 400G et un carton d’huile par 20 savons. Une stratégie marketing très décriée au sein de l’opinion devant l’insouciance de l’instance de régulation du commerce national.

Lire aussi:  Du formol utilisé sur des aliments dans les marchés: un risque de santé publique

À moins de 3 semaines du début de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) prévue ce 09 janvier 2022, les inquiétudes des s’intensifient et la colère des populations avec. Comment expliquer cette pénurie et comment en venir à bout ? La question reste posée.