Ce jeudi 23 décembre, nous avons appris avec la plus grande consternation le décès de Patrick Nguema Ndong, une voix qui a bercé notre enfance. C’était un personnage complet tant dans le monde physique que dans le monde spirituel.

Tous les dimanches sur la radio Africa N°1, il a bercé des millions d’auditeurs à travers ses fameuses aventures mystérieuses. Il a incarné cette émission pendant près de 30 ans. Plusieurs générations d’africains ont grandi en écoutant les aventures mystérieuses de Patrick Nguema Ndong. Des histoires essentiellement effrayantes, proches de l’ésotérisme, la magie, la sorcellerie.

Le sorcier Fifion Ribana, le général Mangani Mangwa ou le professeur Eubénézer Euthanazief sont des personnages réguliers des aventures mystérieuses dans la ville imaginaire de Bangoss.

En 2008, Patrick Nguema Ndong s’est rendu au Cameroun dans l’optique de rencontrer ses nombreux fans et de dédicacer son livre « Mami Wata ». Il sera accueilli comme un seigneur. Dès son arrivée, des badauds entassés au sein d’une foule conquise demandent juste à l’approcher pour être bénis pour l’éternité.

Au Cameroun, Nguema Ndong va crouler sous le poids des sollicitations. Il va animer notamment une conférence publique au Palais des Congrès de Yaoundé sur le thème : « Ésotérisme africain, spiritualité, magie noire et développement ». Il est sollicité par tous les médias. On se souvient encore de son passage remarqué à la CRTV ou encore de son passage à la radio nationale dans l’émission magique entre minuit et deux heures animée par le sorcier François Bingono Bingono. L’arrivée de Patrice Nguema Ndong au Cameroun va provoquer la désertion des sorciers ; ils vont quitter la ville. Pendant son séjour au Cameroun, plusieurs phénomènes paranormaux vont se produire. Mais qui est cet homme particulier qui inspire tant de crainte ?

Patrick Nguema Ndong est né à Royat (France) en 1957 d’un père gabonais et d’une mère française. Il est donc métis. C’est son grand-père paternel qui va lui insuffler l’amour pour l’ésotérisme. Celui-ci était un très grand féticheur dans le nord du Gabon.

Lire aussi:  Louis: épicentre de la débauche et de l'insécurité à Libreville

Le jeune Patrick Nguema Ndong a à peine 13 ans lorsque sentant sa mort proche, son grand-père va le convoquer et lui transmettre le pouvoir ancestrale. Avant de mourir, son grand-père va chasser tout le monde de la hutte, même le père de Patrick sera chassé. Le grand-père va insister et marteler qu’il ne veut voir que le petit Patrick. Il va cracher sur le jeune garçon, mettre les mains sur sa tête, va souffler dessus. Il va lui remettre un coq à la fin du rite.

C’est depuis ce jour que Patrick a commencé à s’intéresser aux choses occultes. Patrick est une tête bien faite et une terre bien pleine. Il a effectué des études supérieures de Lettres à Clermont-Ferrand en France, puis aux Etats-Unis. C’est là-bas qu’il se familiarise avec la parapsychologie au cours d’un master de littérature comparée. En effet, la particularité de Patrick Nguema Ndong est qu’il a étudié la sorcellerie de manière rationnelle. En plus d’avoir hérité du pouvoir des ancêtres, il est allé à l’école pour percer les secrets de l’ésotérisme et de la parapsychologie.

Depuis la création de la première radio panafricaine Africa N°1 en 1981, Patrick Nguema Ndong conte ses fameuses « aventures mystérieuses », il a aussi animé l’émission ésotérique « Triangle », une émission diffusée du lundi au vendredi à partir de 14h 30 (heure de Bangoss). Elle traitait de magie, sorcellerie, mysticisme, arts divinatoires, voyance. L’émission était co-présentée avec Bruce Walker Mapoma.

Les principaux invités étaient des sorciers, des tradipraticiens, des marabouts, des voyants, des prêtres, des scientifiques. Les passionnés de cette émission se souviendront sûrement des noms suivants : Maître Koni, Maître Issa Doukouré, Monseigneur Justin Betébé, Professeur Kaba, Maître Atomori Benga, etc. Les auditeurs pouvaient appeler ou envoyer des courriers pour expliquer leurs problèmes d’ordre mystique ou même leurs rêves et les spécialistes sur le plateau apportaient des solutions.

Lire aussi:  Les pygmées de Minvoul désapprouvent Aubameyang

Une émission très instructive qui permettait de percer les mystères de la magie noire. L’ésotérisme y était expliqué scientifiquement et de manière factuelle. Une émission très riche avec des secrets, des recettes, des potions magiques, des conseils, des références etc. C’était une émission rare et professionnelle comme il n’en existe plus. Pour une fois, la sorcellerie, la magie, la voyance étaient expliquées par ceux qui la pratiquent au quotidien. « Triangle » était une émission qui remettait l’Africain moderne en contact avec ses racines.

Patrick Nguema Ndong était aussi un spécialiste du monde des rêves. Pour lui, chaque rêve a une signification. Il a écrit un livre remarquable sur le sujet : « Rêves de serpents ». Il est aussi un spécialiste du vaudou Mami Wata qu’il appelle Lemanja. Il n’était pas rare de le croiser très tard sur la plage de Libreville invoquer sa déesse Mami Watta qu’il dit rencontrer régulièrement. Il a écrit le livre « Mami Wata » pour rendre hommage à sa divinité. Notons que né chrétien, il s’est converti à l’Islam en 2001 après une opération à l’issu de laquelle il avait perdu sa motricité.

Nguema Ndong était un homme pluriel, il est aussi un très grand spécialiste d’arts martiaux. Il était un grand maitre en Karaté shotokan, en Viêt vo dao, art martial vietnamien. Il était 5ème dan de la fameuse l’école Tahn Long. Mystiquement comme physiquement, il était un homme prêt. Il a échappé à un nombre incalculable de tentatives d’assassinat sur le plan physique et mystique ; à chaque fois, il a réussi à mettre violemment en déroute ses adversaires.

Il ne fallait pas chercher Patrick ; qui s’y frottait s’y piquait. Il raconte une attaque subie : « Une fois en 1987, j’ai senti une attaque dans l’astral. J’ai menacé à la radio et j’ai dit que celui qui m’envoie cette attaque l’a expédié de telle ville au Cameroun et que si la personne continue, je veux riposter. Le gars s’est fâché et du coup, l’électricité est partie dans le studio. Et mon technicien qui était du côté de la baie vitrée a été brûlé par une forte décharge électrique. Après cela, j’ai repris la parole au retour de l’électricité pour dire que je vais riposter. Lorsque j’ai contre attaqué, la personne n’a plus réagi jusqu’à la fin de l’émission. J’ai compris qu’il lui est arrivé « quelque-chose  » ».

Une grosse attaque a toutefois réussi à réduire sa motricité. Il avait survécu à tout : accidents de circulation, agressions à mains armées, agressions mystiques, etc . L’homme avait été annoncé mort à plusieurs reprises et à chaque fois il ne s’agissait que de rumeurs insipides. Patrick Nguema Ndong vivait replié dans sa demeure à Libreville où il avait décidé de coucher par ses expériences.

Lire aussi:  Deux homosexuels de Comilog collés l'un dans l'autre dans un hôtel à Moanda

Mais Patrick Nguema Ndong a-t-il formé un disciple ? Voici sa réponse : « J’ai fait le choix de garder mon savoir pour moi, car je suis le détenteur de la clé de ses œuvres. Moi-même je n’ai pas eu de maître. Par conséquent je n’ai pas jugé utile d’avoir de disciple. »

Toujours est-il que Patrick Nguema Ndong a marqué plusieurs générations d’africains. S’inspirant d’un personnage mythique des « Aventures Mystérieuses », l’artiste Benji Matéké a sorti le titre à succès « Fifion Ribana ». Plusieurs quartiers au Cameroun où ont été des pratiques de la sorcellerie ont reçu le nom « Bangoss ». Le générique des Aventures Mystérieuses de Patrick Nguema Nfong est en réalité le générique du film « Dracula ».

(c) Arol Ketch