Aubierge Sylvine Ngoma, la ministre déléguée au Ministère de l’Emploi, de la Fonction Publique, du Travail et de la Formation Professionnelle a entrepris, il y a quelques jours, un pèlerinage en République Démocratique du Congo (RDC) où elle a visité une église datant de l’époque coloniale considérée comme la « demeure de Dieu sur terre ».

Le mercredi 13 octobre 2021 à Kamba, dans la province du Kongo Central, Sylvine Ngoma a rencontré Simon Kimbangu Kiangani, chef spirituel de l’église Kimbanguiste devant lequel elle s’est prosternée en signe d’adoration tout en lui remettant des documents papiers dont la nature reste encore un mystère.

Lire aussi:  [Urgent] Le Pasteur Gaëtan Pieby a tiré sa révérence. Dieu a pris acte.

Après l’oraison de l’homme qui est considéré en RDC comme le « libérateur de la race noire » au sein de l’Église de Jésus Christ sur la Terre par son envoyé spécial Simon Kimbangu (EJCSK), Aubierge Sylvine est montée à la chaire pour louer la magnificence de celui qu’elle considère comme son «dieu».

« Cette terre sacrée de Kamba […] a la particularité de bénir et de purifier l’être humain. Aucune personne sur cette terre ne peut prédire les évènements avec exactitude s’il n’est pas divin. Aujourd’hui, nous sommes les plus heureux parce que nous […] connaissons que vous êtes dieu. Papa Simon Kimbangu Kiangani, la terre entière vous appartient. Fort longtemps que le monde vous ignorera, nous n’allons jamais vivre la paix », a-t-elle déclaré dans un discours de circonstance soigneusement préparé depuis Libreville et dont l’extrait a été diffusé sur la chaîne Congo Web TV (CWTV).

Lire aussi:  Un pasteur séquestre et violente un jeune dans une église réveil

Depuis lors, les rumeurs vont bon train sur la toile. Selon certaines indiscrétions, la ministre gabonaise serait allée à Kamba pour « expier ses péchés et renouveler ainsi son pacte pour être maintenue au gouvernement lors du prochain remaniement ». Quoiqu’il en soit, la raison devait vraiment être importante pour qu’elle abandonne son travail pendant plusieurs alors que les dossiers ne manquent pas sur la table.

Lire aussi:  Les Branhamistes coupables d'idolâtrie devant le tribunal de Dieu ?