Régis Massimba a été porté à la tête de l’Institut Gabonais de l’Image et du Son (IGIS) à l’issue d’un Conseil de Ministres tenu le 29 avril 2021. Il y occupe le poste de Président du Conseil d’Administration (PCA). Cette nomination intervenait après sa déclaration de mettre fin à sa carrière d’animateur vieille de 30 ans principalement au service de Télé Africa, une chaîne de télévision privée appartenant à la famille Bongo.

Surnommé « Le Quizz Master » ou « L’Iboga Power », Régis Massimba, l’animateur le plus branché du Gabon a officiellement rejoint les rangs des ouailles d’Ali Bongo Ondimba au sein du Parti Démocratique Gabonais (PDG) au pouvoir en qualité de Camarade Membre du Conseil National (MCN). Une adhésion qui intervient seulement quelques lois apres sa nomination à l’IGIS.

Lire aussi:  [Sans tabou] Il ne faut pas prendre les cons pour des gens

Le 11 octobre 2021, dans le cadre des rencontres permanentes avec les responsables politiques de la province dont il a la charge, le Secrétaire National chargé de l’animation politique de la province de l’Ogooué-Lolo, Christian Louembet-Onguele, Régis Massimba a confirmé son adhésion au PDG brandissant une fiche dûment remplie.

Pour rappel, le PCA de l’IGIS avait menacé de mettre fin à sa carrière parce que sa position au sein de Télé Africa ne lui permettait pas de s’occuper décemment de sa famille et de sécuriser sa retraite. Subséquemment à sa déclaration qui a ému toute la toile, il avait été approché par les émissaires de la Présidence de la République pour le rassurer d’un avenir beaucoup plus glorieux.

Lire aussi:  «Ils ont encore oublié mon nom», Gabin Yalanzèle toujours pas nommé au PDG

Trois (3) mois après intervenait sa nomination à la tête du Conseil d’Administration de l’IGIS, ex Centre National du Cinéma (CENACI), chargé bde l’encadrement et de la promotion du cinéma gabonais. Depuis son adhésion au parti d’Ali Bongo, le « Djadji » originaire de l’Ogooué-Lolo est critiqué pour son choix politique jugé opportuniste dont le but ultime serait de sécuriser sa nomination. Fuyant l’ « Okukutude* » pour s’assurer une stabilité financière et se garantir une retraite dorée, Régis se serait-il mué en profito-situationniste ?

Lire aussi:  «N’ignore pas que je suis avec le pouvoir. Je n'ai pas envie de **** à ta vie», Féfé Onanga à un ex-militant du MPR