La menace de publication d’images à caractère sexuel fait partie des pratiques les plus répandues dans le monde cybercriminel. La cybercriminalité évolue à un rythme effréné car de nouveaux outils de communication apparaissent chaque jour et les délinquants adaptent en permanence leurs méthodes de tromperie. La menace est bien réelle, et les victimes peuvent venir de toutes les contrées. Le chantage sur Internet exerce une telle pression que certaines victimes, dans leur solitude face à leurs écrans, peuvent opter pour le suicide. Nous vous donnons plus de détails dans notre texte.

En effet dame VM, vivant en Europe, fait la rencontre du nommé David Lefebvre sur le réseau social TikTok et après plusieurs jours de conversation, les deux finissent par se rapprocher et entament une relation amoureuse virtuelle. Une histoire dans laquelle s’épanouissaient les deux tourtereaux. Enfin, c’est ce qu’il semblait à VM. Cette idylle était parfaite jusqu’au jour où l’amoureux transfère à VM des images reçues d’elles dans le cadre de leurs échanges érotiques privés. Il menace de publier ces images s’il ne reçoit pas d’argent de sa victime. Celle-ci découvre ainsi que son amoureux n’est en réalité qu’un usurpateur d’identité et un maître chanteur.

Lire aussi:  [Société] Recherchés pour vente illicite de terrains à Bikélé

Acculée par les menaces de divulgation de ses photos intimes à son entourage, et par les demandes de montants de plus en plus importants, dame VM vide son compte bancaire. Pire, elle s’endette en contractant plusieurs prêts auprès de certains proches.
Ne pouvant plus faire face à ces pressions psychologiques et financières, c’est en désespoir qu’elle met fin à ses jours. La découverte d’une lettre expliquant les raisons de son suicide a permis à la police de son pays de diligenter une enquête qui les a menés vers la Côte d’Ivoire. Une demande de coopération policière est alors transmise à la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT). Les investigations menées par la PLCC avec l’appui du Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) ont permis de découvrir qu’il s’agit du sieur DM, vivant dans la commune de Yopougon.

Lire aussi:  Écoles privées et fêtes scolaires : un cocktail d'arnaques bien mixé

Il est recherché, interpellé et est soumis à un interrogatoire. DM affirme que son activité consiste à créer des comptes qui permettent des appels avec des numéros virtuels européens. DM nie tout, mais les faits et les traces sont « têtus » et conduisent sans équivoque, directement à lui.

Pour conclure, DM a été conduit devant le parquet où il pourrait être poursuivi pour usurpation frauduleuse d’éléments d’identification de personne physique, menaces de publication d’images à caractère sexuel, escroquerie par le biais d’un système d’information et homicide involontaire.

Lire aussi:  Un faux agent des services spéciaux appréhendé au PK 5

© PLCC