Le week-end dernier, Jean Boniface Assélé, oncle maternel d’Ali Bongo Ondimba a demandé aux parents des élèves orientés dans son établissement, le Lycée Djoué Dabany (LDD), par le Ministère de l’Éducation Nationale, de payer les frais de scolarité de leurs enfants eux-mêmes, rapporte nos confrères de GabonActu.

Jean Boniface Assélé a expliqué cette décision par le fait que l’État gabonais ne paye pas les frais de scolarité des élèves qu’il oriente dans son établissement. « L’Etat ne paye pas », a fait remarquer le Général de police à la retraite JB Assélé avant de renchérir, « Je vous demande de payer les frais de scolarité de vos enfants, quand l’Etat paiera, je vous paierai le trop-perçu ».

L’État est un mauvais payeur. Tout le monde le sait, « Tonton Associé » aussi. Certains propriétaires d’établissements privés reconnus d’utilité publique ont bonne mémoire des difficultés qu’ils rencontrent pour payer les enseignants vacataires et pour maintenir le service administratif en fonction.

Lire aussi:  [Insolite] 3 enseignants de l'USTM cibles d'une série d'empoisonnement à l'arme chimique

Dans un précédent article paru sur www.funnygabon.com, Henriette Ondo Eva, Présidente de la Fédération des Établissements Privés Confessionnels et Laics du Gabon (FEPCLG), rappelait que l’État doit toujours 5 milliards de francs CFA à 47 établissements privés reconnus d’utilité publique réunis au sein de la fédération dont elle a la charge et invitait les parents d’élèves à payer personnellement la scolarité de leurs enfants faute de quoi les élèves orientés par l’État ne seront plus admis dans les différents établissements.

Lire aussi:  L'APE : une escroquerie instituée et soutenue par le Ministère de l'Éducation Nationale ?

Ainsi donc, le Gabon, pays le plus riche d’Afrique est incapable de payer les frais de scolarité de quelques milliers d’apprenants ? Pour un PIB par habitant largement supérieur à la somme que chaque élève et étudiant devra débourser pour ses frais d’écolage sur une année, va-t-on sacrifier l’avenir de toute une génération ?

Lire aussi:  Les étudiants orientés à l'ONE ont jusqu'au 28 pour demander une réorientation