Chaque jour, on dort et on se réveille, il y a de nouveaux dossiers. C’est devenu le quotidien des internautes gabonais de tomber chaque jour sur de nouvelles « affaires sales ». Si ce n’est pas une sextape, c’est un scandale financier ou d’ordre éthique qui écorne l’image la société gabonaise chaque jour un peu plus. Et ça n’en finit pas.

Lire aussi:  «Anguezomo est dépensière. Elle voulait me ruiner», Nze Souala

Entre autres faits marquants cette semaine, une sextape d’un commandant adjoint chargé des opérations des sapeurs pompiers identifié comme le Colonel Richard Mezeme Nguema défraie la chronique. Il s’agit d’un officier supérieur filmé à son insu entrain de se masturber en vidéo, en tenue, devant une demoiselle au bout de fil tout en exhibant ses galons et ornements.

Lire aussi:  Sextape: Le censeur du LNLM crie au chantage et dénonce une vidéo truquée. Notre analyse ...

La toile est révoltée par ces images choquantes qui n’honorent pas la corporation en plus des violences policières décriées chaque jour sur toute l’étendue du territoire national. Comment peut-on en arriver là ?

Au Gabon, les scandales sexuels sont légion. Hommes politiques, artistes, journalistes, etc. tous ont déjà été éclaboussés soit par une vidéo ou par des révélations accablantes. Au regard de la redescence des cas, les Gabonais lambdas sont portés de croire que la société tente de normaliser le phénomène.

Lire aussi:  «Si ton gars promène son bangala dehors, c'est la faute de qui ?», dixit Läbi Jävelisée