TV+, la télévision du futur n’est plus que l’ombre de lui-même depuis que les autorités ont mis sous séquestre, après les troubles postélectoraux de la présidentielle 2009, une partie du matériel de la chaîne lui interdisant ainsi une diffusion satellitaire au niveau national et international.

L’émetteur de TV+, télévision du principal opposant gabonais feu André Mba Obame (AMO), avait été incendié par des hommes armés dans la nuit de mercredi 15 à jeudi 16 août 2012 et depuis lors, la chaîne n’émet plus sur le câble privant ainsi la chaîne d’atteindre une audience beaucoup plus large afin de garantir aux annonceurs une bonne visibilité. Conséquences : les recettes de la chaîne ont drastiquement baissé.

Lire aussi:  Nonobstant sa position de leader, Canal+ veut le monopole comme la SEEG

De plus, depuis la mort d’AMO, propriétaire de la chaîne, les enfants héritiers reprochent à leur cousin Franck Nguéma, l’Administrateur Général d’alors, une gestion opaque intensifiée par son entrée au gouvernement en janvier 2019.

Aujourd’hui la TV+ éprouve d’énormes difficultés à tenir ses engagements vis-à-vis de ses agents. Les employés qui totalisent aujourd’hui 4 mois sans salaire ne savent plus à quel saint se vouer surtout à cette éprouvante période de rentrée scolaire.

Lire aussi:  Dave Moubele, un utilisateur du «poutoulou» qui s'assume