Hortense Marie Pauline Bella, journaliste camerounaise incarcérée à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) depuis le 28 octobre 2020 serait privée de soins alors qu’elle connaît des graves ennuis de santé selon les médias camerounais qui dénoncent un cas de non-respect des droits de l’homme.

Emprisonnée depuis bientôt un an à Babi (Abidjan en Nouchi — argot ivoirien) suite à une arrestation dite arbitraire sur fond de brouilles conjugales, la consœur Hortense Marie Pauline Bella lance un appel au secours au président de la République Paul Biya puisque délaissée par Marie Yvette Koloko épse Asséné Nkou, actuelle ambassadrice du Cameroun en Côte d’Ivoire.

Lire aussi:  L'État gabonais prêt à débourser jusqu'à 60 milliards pour espionner sa population (Africa Intelligence)

La journaliste camerounaise Hortense Marie Pauline Bella croupit, en attendant de son jugement, dans les geôles de la MACA depuis onze mois déjà. Elle estime être victime d’un « abus de pouvoir de la part du commissaire du 8e arrondissement de Cocody, un quartier de la ville à l’instigation d’un certain Zadi Luc-Ewrard, le père biologique de son fils » avec qui elle a eu une altercation quelques jours plutôt et les deux vivaient désormais en séparation de corps, rapporte nos confrères de Actucameroun.

Lire aussi:  Deux comptables de la CNAMGS au gnouf pour avoir volé l'argent destiné aux prêtres

Tandis que la situation sanitaire de la ressortissante camerounaise s’aggrave chaque jour un peu plus, l’administration pénitentiaire reste de marbre suscitant ainsi l’ire de la communauté camerounaise présente dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest.